Le FBI tire la sonnette d’alarme sur les deepfakes

Spread the love

Fin 2019, des experts en cybersécurité alertaient : les deepfakes pourraient bien venir perturber l’élection américaine de 2020. Pour rappel, il s’agit de techniques misant sur l’intelligence artificielle qui permettent de créer de fausses vidéos ou extraits vocaux très réalistes. Le pire ne s’est finalement pas produit mais durant ce laps de temps, la technologie s’est encore perfectionnée.

Le FBI a justement récemment publié une note à ce sujet afin de sonner l’alerte. Selon la police fédérale américaine « des acteurs malveillants tireront presque certainement parti du contenu synthétique pour des opérations de cyber-influence et d’influence étrangère au cours des 12 à 18 prochains mois ».

Les cyberattaques d’entreprises par deepfake sont déjà une réalité

Ce rapport cite des exemples datant de 2020 où des personnes « de langue russe et chinoise » ont créé de faux comptes sur les réseaux sociaux afin de propager de la propagande et de la désinformation en ligne.

Outre ces menaces sur les démocraties, les auteurs craignent aussi des attaques contre le secteur privé. Ainsi, les profils de dirigeants pourraient être détournés à leur insu et utilisés dans le cadre d’opérations qui auront « des impacts financiers et de réputation très importants pour les organisations victimes ».

Le FBI adresse par ailleurs quelques conseils pour reconnaître les deepfakes. Pour ne citer qu’un exemple, les experts ont noté que ces créations contiennent souvent des indices visuels qui doivent mettre en alerte. C’est le cas du placement irrégulier des yeux, ou encore de problèmes de synchronisation entre les mouvements du visage et des lèvres.

Pour rappel, les cyberattaques générées par deepfake sont déjà une réalité pour les entreprises. Nous vous parlions notamment en 2019 de cette arnaque qui a touché une société énergétique basée au Royaume-Uni. Un malfaiteur a fait usage d’une IA pour générer un faux enregistrement sonore. L’imitation de voix a ensuite permis de détourner la somme de 220 000 euros.

Antivirus Bitdefender Plus

Par : Bitdefender

Leave a Reply