Le déconfinement progressif se poursuit en France, des plages rouvrent, nouvelles dérogations aux frontières – Le Monde

Spread the love

Deux jours après le début du déconfinement en France, la prudence reste de mise, mercredi 13 mai. Le bilan de l’épidémie de Covid-19 était en hausse mercredi soir avec 83 nouveaux décès en vingt-quatre heures, mais le nombre de patients lourds en réanimation continue de baisser, selon la direction générale de la santé (DGS). Depuis le 1er mars, au moins 27 074 décès ont été enregistrés, tandis que la pression sur les services d’urgence continue de décroître, avec 2 428 patients, soit 114 de moins que la veille, précise-t-elle.

Malgré une « épidémie toujours active » et un virus qui continue de circuler, selon les mots de la DGS, le déconfinement progressif se poursuit en France. Il est « trop tôt pour crier victoire », mais la voie suivie est « la bonne », a déclaré mercredi la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, à l’issue du conseil des ministres.

Lire aussi Coronavirus : plus de 27 000 morts, la pression hospitalière s’allège… La France au troisième jour de déconfinement
  • Réouverture de plages sur le littoral atlantique

Sur la plage de La Baule, le 13 mai.

Sur la plage de La Baule, le 13 mai. STEPHANE MAHE / REUTERS

La préfecture de Loire-Atlantique a autorisé l’ouverture des plages de La Baule et de Pornichet, fermées depuis le confinement, tandis que les plages des Sables-d’Olonne (Vendée) devaient aussi rouvrir dans la journée de mercredi.

« Les plages de La Baule et de Pornichet autorisées à rouvrir dès [mercredi] de 8 à 21 heures. Baignade et pêche autorisées », a annoncé le préfet de Loire-Atlantique sur Twitter. « Toute présence statique, assise ou allongée, est interdite » sur ces plages « ainsi que la pratique du pique-nique », selon un arrêté préfectoral daté du 12 mai.

Les regroupements de plus de dix personnes, les activités physiques collectives, les « pratiques festives » et la consommation d’alcool sont également interdits sur la plage de La Baule, souvent décrite localement comme « la plus belle plage d’Europe ». Les mairies de La Baule et de Pornichet doivent afficher les consignes de sécurité à l’entrée et à la sortie des plages, ainsi que veiller au respect des mesures de distanciation physique (1 m entre les personnes et 5 m entre les groupes).

Des plages de la Méditerranée à la mer du Nord en passant par l’Atlantique pourraient également rouvrir dès ce week-end pour des promenades ou du sport, sous réserve de l’acceptation des dossiers présentés par les municipalités, selon plusieurs préfets.

  • Dérogations aux frontières pour les gardes d’enfants et les visites en Ehpad

La France a assoupli mercredi certaines restrictions aux frontières avec les pays de l’espace européen (Union européenne, espace Schengen, Royaume-Uni), en permettant l’exercice du droit de garde d’un enfant ou la visite d’un parent dans un Ehpad.

Ces nouvelles dérogations, qui devront faire l’objet d’une justification, visent « l’exercice du droit de garde, de visite ou d’hébergement d’un enfant », « la poursuite de la scolarité », « la visite d’un parent dans un Ehpad ou à un enfant dans une institution spécialisée », a précisé le ministère de l’intérieur. Elles concernent également les visites entre conjoints. Le dossier des travailleurs saisonniers réclamés à grand cri par le monde agricole reste encore à trancher.

Les restrictions aux frontières de la France avec les pays de l’espace européen ont été « prolongées jusqu’au 15 juin au moins » et les frontières avec les pays non européens « resteront fermées jusqu’à nouvel ordre ». Concernant la frontière allemande, Christophe Castaner et son homologue Horst Seehofer se sont accordés sur le principe de poursuivre l’ouverture « coordonnée et progressive » des points de passage d’ici le 15 juin, et de remplacer progressivement les contrôles statiques permanents par des contrôles « dynamiques et ciblés ».

  • A Paris, 100 % de l’offre disponible sur la ligne 13 du métro, parcs et jardins toujours fermés

L’offre de la ligne 13 du métro parisien devait être portée à 100 % dès ce mercredi, avait assuré mardi le secrétaire d’Etat aux transports, Jean-Baptiste Djebbari, sur BFM-TV, au lendemain d’une reprise compliquée sur cet axe qui est l’un des plus chargés du réseau francilien. Il a également annoncé « un peu plus d’offre à compter de jeudi » sur les RER B et D.

« L’objectif, c’est d’avoir 100 % du trafic fin mai pour la RATP et 100 % des trains du quotidien début juin. Ce sera peut-être un tout petit peu compliqué [pour la SNCF], mais Jean-Pierre Farandou [son PDG] s’est engagé à faire le maximum. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A Creil, dans les trains bondés : « J’ai peur de tomber malade, mais je n’ai pas d’autre choix que d’aller travailler »

Toujours à Paris, la réouverture des parcs et des jardins, réclamée par la maire, Anne Hidalgo, bute sur le refus du gouvernement. « C’est une question de santé publique », a encore plaidé la socialiste, mercredi, sur RMC et BFM-TV, s’étonnant que l’on puisse « prendre le métro, mais [qu’on ne puisse] pas marcher dans un parc ». Pour tenter de convaincre le gouvernement, elle propose un filtrage des entrées pour éviter une surfréquentation des parcs et jardins, ainsi que le port du masque obligatoire. Mais cette réouverture est toujours jugée « inopportune compte tenu de la vivacité de la circulation du virus en région Ile-de-France », a déclaré mercredi la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, à l’issue du conseil des ministres.

  • Le chômage partiel à « un palier » avec 12,4 millions de salariés

Les demandes de chômage partiel ont atteint cette semaine « un palier » avec 12,4 millions de salariés concernés, a estimé mercredi la ministre du travail, Muriel Pénicaud, qui veut maintenant « accompagner la décrue » avec une réduction progressive de la prise en charge par l’Etat.

Selon la Dares (le service statistique du ministère), un million d’entreprises ont déposé au 11 mai des demandes d’activité partielle pour 12,4 millions de salariés, soit 300 000 salariés de plus en une semaine, une hausse qui se ralentit nettement par rapport aux semaines précédentes. « On a atteint le palier », a estimé sur France 2 Muriel Pénicaud, pour qui « ça commence un tout petit peu à sentir la reprise ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Il faut se serrer un peu plus la ceinture » : quand chômage partiel rime avec fiche de paie amputée
  • Le maintien du confinement recommandé à Mayotte

A Mayotte, où les autorités ont repoussé le déconfinement, le conseil scientifique qui conseille le gouvernement dans la lutte contre le coronavirus recommande « le maintien du confinement jusqu’au décours du pic épidémique local » et « la limitation stricte du nombre d’arrivants », dans un deuxième avis rendu à la ministre des Outre-mer. Le département de l’océan indien, classé « rouge », comptait mercredi 1 143 cas déclarés, 43 hospitalisations dont 9 en réanimation et 14 morts.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : à Mayotte, tous les ingrédients pour un « embrasement épidémique »

Le conseil scientifique recommande que les nouveaux arrivants à Mayotte se conforment « au principe du confinement général » et précise qu’aucun test PCR (qui permet de détecter si l’on est porteur du virus au jour du test) systématique « n’est préconisé ». A Mayotte, la priorité est « de renforcer les capacités locales de diagnostic par PCR » pour les personnes symptomatiques, « d’isolement et de prise en charge médicale des personnes infectées ».

En matière de quatorzaine, les scientifiques proposent « trois options » pour les voyageurs arrivant dans les territoires ultramarins.

  • Amazon continue de suspendre ses activités jusqu’au 18 mai

Amazon va prolonger la fermeture de ses entrepôts en France jusqu’au 18 mai inclus, a annoncé, mercredi, le géant américain du commerce en ligne. Le tribunal judiciaire de Nanterre a sommé Amazon, le 14 avril, de restreindre son activité aux produits essentiels et de procéder à une évaluation des risques professionnels pesant sur les salariés du groupe en raison de l’épidémie due au nouveau coronavirus. Ce jugement a été confirmé en appel.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : comment Amazon continue à livrer malgré la fermeture de ses entrepôts français

Face à ces décisions de justice, Amazon a décidé de fermer ses entrepôts en France depuis le 16 avril, et la prolongation de cette fermeture sera à l’ordre du jour, ce mercredi, d’une réunion du comité social et économique (CSE) de l’entreprise.

  • Appel à un allongement du délai légal pour avorter

Médecins, associations et parlementaires ont réclamé mercredi de porter de douze à quatorze semaines le délai légal pour avoir recours à une interruption volontaire de grossesse (IVG), craignant une forte augmentation des demandes hors délai dans les prochaines semaines.

Depuis la mi-mars, le mouvement féministe alerte sur les « effets délétères » du confinement sur le droit à l’avortement et réclame un allongement du délai de deux semaines. La décision récente d’allonger à neuf semaines le délai légal pour une IVG médicamenteuse à domicile est un « premier pas » mais « ne règle pas tout », ont estimé les intervenants d’une visioconférence sur le sujet.

Le nombre d’avortements effectués pendant la période n’est pas encore connu, mais des gynécologues témoignent d’une baisse d’activité ces dernières semaines. Ainsi, au centre IVG de l’hôpital Trousseau, à Paris, la « grande inquiétude » du docteur Philippe Faucher, le responsable, est « de voir arriver maintenant toutes ces femmes, hors délai ».

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Retrouvez tous nos articles sur le coronavirus dans notre rubrique

Sur l’épidémie

Sur le déconfinement et ses enjeux

Le Monde avec AFP

Leave a Reply