Le coronavirus poursuit sa progression en France, des mesures de confinement dans l’Oise et le Haut-Rhin – Le Monde

Spread the love

La phase 3 n’a pas encore été déclenchée, mais les autorités s’y préparent car l’épidémie due au coronavirus poursuit son extension sur le territoire français. Vendredi 6 mars, deux personnes supplémentaires sont mortes à cause du Covid-19, ce qui porte à neuf le nombre de décès, et 190 nouveaux cas ont été recensés par rapport à jeudi soir. La France, un des principaux foyers épidémiques en Europe, compte désormais 613 contaminations.

39 personnes se trouvent dans un état grave ou en réanimation, a précisé le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, avec un virus désormais présent dans toutes les régions de France métropolitaine et dans trois régions d’outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Guyane).

  • Les crèches, maternelles, collèges et lycées fermés dans l’Oise et le Haut-Rhin

Les écoles du Haut-Rhin ferment pendant au moins deux semaines à compter du vendredi 6 mars pour lutter contre la propagation de l’épidémie due au coronavirus.

Les écoles du Haut-Rhin ferment pendant au moins deux semaines à compter du vendredi 6 mars pour lutter contre la propagation de l’épidémie due au coronavirus. SEBASTIEN BOZON / AFP

Des premières mesures contraignantes pour lutter contre la propagation du Covid-19 seront mises en œuvre lundi dans l’Oise et le Haut-Rhin avec la fermeture temporaire des écoles. Celle-ci concerne « les crèches, les maternelles, les collèges et les lycées » des deux départements parmi les plus touchés, pendant au moins deux semaines, a annoncé le premier ministre Édouard Philippe vendredi 6 mars.

Dans ces deux départements est également instaurée la « limitation de tous les rassemblements, sauf ceux qui sont essentiels à la vie sociale et démocratique », a ajouté le chef du gouvernement après une réunion interministérielle. Les rassemblements en milieu clos de plus de 50 personnes sont désormais interdits dans le Haut-Rhin − une mesure qui va donc bien au-delà de la mesure nationale qui concerne les rassemblements de plus de 5 000 personnes. Dans ce département, le nombre de personnes contaminées par le coronavirus a été multiplié par huit en quarante-huit heures, passant de 10 à 81 cas, avait annoncé le préfet vendredi matin.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : l’école au défi du confinement
  • Plusieurs événements sportifs reportés

Le match de Ligue 1 Strasbourg-PSG, prévu samedi à 17 h 30, a été reporté, a annoncé la Ligue de football professionnel (LFP) vendredi soir, faisant suite à un arrêté de la préfecture du Bas-Rhin concernant la propagation du coronavirus. Il s’agit du premier match de championnat reporté en France depuis l’arrivée du virus.

Aussi, le match entre l’Ecosse et la France, prévu samedi au Scotstoun Stadium de Glasgow pour le tournoi féminin des Six nations, a été reporté après qu’une des joueuses de l’équipe du Chardon a contracté le coronavirus, ont annoncé vendredi les organisateurs.

La salle de Paris-Bercy, qui accueillera le tournoi de qualification olympique (TQO) des handballeurs français du 17 au 19 avril, sera limitée à une jauge de 5 000 spectateurs, en application du décret pour limiter la propagation du coronavirus, a annoncé la Fédération française vendredi.

Le marathon de Paris prévu le 6 avril avait déjà été reporté au 18 octobre. En revanche, pour l’instant, le report des élections municipales (prévues le 15 et le 22 mars) n’est pas à l’ordre du jour. Un arrêté publié au Journal officiel jeudi prévoit que « tout rassemblement mettant en présence de manière simultanée plus de 5 000 personnes en milieu clos est interdit sur le territoire national jusqu’au 31 mai 2020 ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : comment la France se prépare à la phase 3 de l’épidémie
  • Préparation de la phase 3 pour lutter contre le virus

Mis à part le Haut-Rhin et l’Oise, la situation reste inchangée dans les autres territoires. « Ce soir, nous restons donc en phase 2 », a souligné Edouard Philippe vendredi soir, même si un passage à la phase 3, celle de l’épidémie, est « inexorable » à terme. Vendredi matin, Emmanuel Macron avait déjà estimé que, « de toute façon, l’épidémie sera là ».

Cette nouvelle phase pourrait impliquer des mesures plus perturbantes pour la vie quotidienne : suspension de transports en commun, restriction des rassemblements ou fermetures d’écoles. Mais elles seront prises de façon progressive et au cas par cas.

« Je tiens d’ailleurs à dédramatiser le passage au stade 3 », a souligné le premier ministre.

« Lorsque le stade 3 adviendra, nous prendrons les mesures nécessaires pour répondre à l’épidémie pour prendre en charge les malades et assurer la continuité de la vie économique et sociale du pays, y compris la vie scolaire qui devra continuer ».

Décryptage : Coronavirus : 1, 2 et 3… que veulent dire les différents stades de l’épidémie ?

Le chef de l’Etat a également plaidé pour des mesures « proportionnées ». En visite dans une maison de retraite vendredi matin à Paris, il en a profité pour appeler à respecter des « mesures de bon sens » et à protéger les plus fragiles, en limitant par exemple « au strict nécessaire » les visites aux personnes âgées, les plus vulnérables.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Quelles différences y a-t-il entre le coronavirus et la grippe ?
Notre sélection d’articles sur le coronavirus SARS-CoV-2

Le Monde avec AFP

Leave a Reply