Advertisements

Le coronavirus emporte le premier tour des municipales – Le Parisien

Spread the love

Quelle étrange soirée. C’était comme si elle n’avait plus d’électorale que le nom. D’abord, les Français ont peu voté au premier tour des municipales : 53,5 % à 56 % d’abstention (selon les instituts de sondage), contre 36,45 % en 2014. Sur les plateaux de télévision, ce dimanche 15 mars, les ministres du gouvernement ne sont pas interrogés sur les mauvais résultats de LREM, mais sur la gestion de la crise sanitaire liée au coronavirus. Plateaux qu’ils ont partagés − du jamais-vu pour une soirée électorale − avec des… médecins.

L’intervention sur TF 1 du professeur Philippe Juvin, chef du service des urgences de l’Hôpital européen Georges-Pompidou à Paris (XVe), prend ainsi le pas sur celles des responsables politiques. « Une vague très haute (NDLR : de contaminations) va arriver, assène-t-il, nous devons consacrer toute notre énergie à ce qu’il y ait le moins de morts possible et je pense que la meilleure solution, c’est de confiner les gens pour casser les chaînes de contamination. Je crains que nous ne soyons collectivement en train de sous-estimer la menace. »

VIDÉO. Municipales : Edouard Philippe évoque un éventuel report du second tour

Un second tour incertain

Puis le médecin met les pieds dans le plat : « Le second tour, je pense qu’il ne faut pas le faire ». Voilà qui apporte de l’eau au moulin de toute l’opposition, unanime dimanche soir : « Il faut considérer comme acquises les victoires au 1er tour et reporter le second », juge Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement national. Même requête de la part du responsable écologiste Yannick Jadot. A l’unisson, Bruno Retailleau, le président du groupe LR au Sénat, affirme : « Ce sera très difficile d’organiser le second tour si la courbe des malades augmente, et je demande que le Premier ministre reçoive demain tous les chefs de partis ».

VIDÉO. Municipales : Yannick Jadot appelle au report du second tour

Exaucé! Depuis Le Havre (Seine-Maritime) où il est arrivé en tête avec 43 % des voix, Edouard Philippe annonce qu’il réunira « à nouveau en début de semaine » les experts scientifiques et « les représentants des forces politiques » afin de prendre une décision sur le second tour. Précisons qu’un second tour reporté à une date lointaine signifierait, selon les experts du droit électoral, une annulation du premier, sauf pour ceux qui ont été élus dès ce dernier.

La soirée continue, à la fois haletante et inquiétante. Les rumeurs se propagent sur les réseaux sociaux évoquant un confinement immédiat et total, le recours à l’armée, une nouvelle intervention du président de la République Emmanuel Macron, etc. L’Elysée dément tout en bloc ! Mais en faisant usage de cette expression devenue anxiogène : « à ce stade ».

Hésitations au sommet de l’Etat

Le gouvernement est toutefois confronté à un problème auquel il va bien falloir répondre : malgré les interventions solennelles du chef de l’Etat jeudi et du Premier ministre samedi, les Français… sont allés boire des verres en terrasse puis, dimanche, se sont massés dans les parcs pour prendre le soleil! Les mesures barrières contre le Covid-19 ne sont pas du tout suffisamment appliquées.

Et, dans le même temps, le bilan de l’épidémie s’aggrave, alarmant. Santé Publique France déplorait hier soir 127 morts, soit 36 de plus que samedi, et 5423 cas de contamination au coronavirus confirmés depuis janvier, soit 923 cas supplémentaires en un jour. Il s’agit de la hausse du nombre de morts et des contaminations la plus importante enregistrée en France depuis l’apparition du virus sur le territoire.

Alors, l’intervention d’Olivier Véran, le ministre de la Santé, sur France 2, prend les allures d’une supplique : « Je conjure les Français de respecter les mesures de restriction sociale ». Mais cela suffira-t-il ? Faudra-t-il limiter la liberté de circulation en faisant usage de la force publique ? Si oui, quand ? Pas de réponse dimanche soir, comme s’il y avait une hésitation au sommet de l’Etat.

Prime aux sortants

Les esprits sont totalement occupés par le virus, on a du mal à se passionner pour les résultats ville par ville. Il s’est pourtant passé des choses politiquement dimanche soir. Une prime au sortant, particulièrement éclatante à Paris, où, selon les estimations, Anne Hidalgo est largement en tête avec 30,2 %, devant Rachida Dati (LR, 22 %) et Agnès Buzyn (LREM, 17,6 %).

Le coronavirus emporte le premier tour des municipales

On note aussi une nette poussée des Verts sur le territoire, leurs candidats sont en tête à Lyon, Strasbourg, Bordeaux, Besançon, Grenoble… La gauche (unie) arrive en tête à Marseille, derrière la LR Martine Vassal. Le RN bénéficie à plein de la prime aux sortants : Steeve Briois, réélu au premier tour à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) et David Rachline à Fréjus (Var).

Le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, a lui aussi été réélu dès le premier tour à Tourcoing (Nord). Même chose pour la liste du secrétaire d’Etat Sébastien Lecornu à Vernon (Eure).

VIDÉO. Municipales à Paris: « On aurait dû décaler les élections »

Retrouvez les résultats du premier tour des municipales sur le site du Parisien.

Advertisements

Leave a Reply