Le constructeur automobile Honda touché par une cyberattaque

Spread the love
Le constructeur automobile Honda touché par une cyberattaque

Le constructeur automobile japonais Honda a confirmé avoir été touché par une cyberattaque qui a eu des répercussions sur certaines de ses activités, y compris ses systèmes de production basés en-dehors de l’archipel nippon. « Honda peut confirmer qu’une cyberattaque a eu lieu sur le réseau Honda », a déclaré un porte-parole du constructeur, tout en précisant « qu’il n’y a pas de fuite d’informations à ce stade ».

L’état-major du constructeur s’est toutefois voulu rassurant. « Des travaux sont en cours pour minimiser l’impact et rétablir la pleine fonctionnalité des activités de production, de vente et de développement. A ce stade, nous constatons un impact commercial minime », a détaillé la direction du géant japonais.

Celle-ci a également déclaré qu’elle avait rencontré des difficultés pour accéder aux serveurs, au courrier électronique et aux systèmes internes et qu’il y avait également un impact sur les systèmes de production en dehors du Japon. Elle a indiqué que son « serveur interne » avait été attaqué à l’extérieur et qu’un « virus » s’était propagé – sans toutefois livrer d’autres détails pour des raisons avancées de sécurité.

publicité

Pas une première pour Honda

Le service clientèle, comme les services financiers de Honda, ont également fait savoir qu’ils connaissaient des « difficultés techniques ».

« En ce moment, le service clientèle de Honda et les services financiers de Honda connaissent des difficultés techniques et ne sont pas disponibles. Nous nous efforçons de résoudre le problème le plus rapidement possible. Nous nous excusons pour le désagrément et vous remercions pour votre patience et votre compréhension », a déclaré la direction du constructeur sur la plateforme Twitter.

Ce n’est pas la première fois que les activités de Honda sont perturbées par une cyberattaque ; le constructeur a été contraint de fermer temporairement une usine automobile au Japon en juillet 2017 après avoir été victime du logiciel de rançon WannaCry.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply