Le chef japonais Taku Sekine est mort à l’âge de 39 ans – Le Monde

Spread the love
Le chef japonais Taku Sekine, à Paris, en 2015.

Il était passé par les plus grands, avant de goûter lui-même à la reconnaissance avec ses propres restaurants à Paris. Arrivé du Japon et devenu en quelques années un phénomène gastronomique de la capitale, le jeune chef Taku Sekine, 39 ans, a mis fin à ses jours, a annoncé sa famille dans un communiqué, mardi 29 septembre.

Formé en école hôtelière au Japon, M. Sekine était devenu une référence du renouveau dans la gastronomie française. Il avait pris son premier poste à Beige, à Tokyo, chez Alain Ducasse, avant de travailler trois ans au Plaza Athénée, toujours chez le même Ducasse, puis d’être embauché chez Hélène Darroze et de poursuivre sa trajectoire personnelle. Discrètement mais avec beaucoup d’assurance, il avait été un des défricheurs de la bistronomie en y insufflant sa propre touche, sous forme de yuzu, ou de livèche, lorsque c’était la saison.

Lire notre enquête publiée en 2018 : Cuisine asiatique, la révolution de palais

En 2014, il ouvre Dersou, un restaurant situé dans le 12e arrondissement de Paris, où il sert l’un des premiers menus associant mets et cocktails. Cinq ans plus tard, en 2019, il ouvre Le Cheval d’or, avec son associé Florent Ciccoli, un restaurant asiatique où l’on pouvait manger des classiques japonais et chinois revisités.

La mort du chef intervient peu de temps après une accusation de violences sexuelles le mettant en cause, même si son nom n’avait pas, dans un premier temps, été publié. « Les conditions de la mort de Taku Sekine ne sont ni ordinaires ni accidentelles, estime la famille de M. Sekine dans son communiqué. [Il] a mis fin à ses jours, emporté par une grave dépression consécutive à sa mise en cause publique – sur les réseaux sociaux et sur un site spécialisé –, avec une récurrence s’apparentant à un véritable acharnement. Certains acteurs, notamment de la presse, ont sciemment, en quelques semaines et en l’absence totale de plainte, ruiné la réputation de Taku Sekine. »

Le 1er août, une internaute, qui se présente comme canadienne, dévoilait sur son compte Instagram le récit de ce qu’elle qualifiait d’« agression sexuelle ». Sans nommer le « père et célèbre restaurateur » en question, elle accusait un homme de l’avoir agressée, dans la nuit du 8 janvier 2019, après une soirée arrosée entre amis. « Tu es entré dans ma chambre pendant que je dormais, tu as essayé de coucher avec moi et tu as commencé à m’agresser sexuellement, écrivait-elle. J’ai réussi à te faire sortir et tu es revenu après que je me suis endormie. Cette fois, il a fallu que je crie suffisamment fort “Arrête !” pour que la personne dans l’autre pièce t’attrape et te fasse sortir. »

Il vous reste 46.56% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply