Le calme des jeunes troupes au ministère de la Santé – Libération

Spread the love

De notre journaliste social-économie Frantz Durupt :

La personne qui occupera le ministère du Travail dans les prochains mois, qu’il s’agisse de Muriel Pénicaud ou d’une autre, devra aimer travailler dans l’ombre. Car avec l’arrivée de Jean Castex, ancien directeur de cabinet de Xavier Bertrand aux ministères de la Santé et du Travail, et de son directeur de cabinet Nicolas Revel, lequel dirige la Caisse nationale de l’assurance maladie, Matignon prend soudain des airs de «super-ministère» du Travail et de Santé.

Même si l’on lit, dans la presse, que ses interlocuteurs syndicaux d’alors ont retenu du bonhomme qu’il était «avenant» et avait «une excellente connaissance de ses dossiers», du côté de la CGT d’aujourd’hui, on garde en mémoire qu’en tant que conseiller social de Nicolas Sarkozy, Jean Castex défendait la réforme de 2010 portant l’âge minimal de départ à 62 ans. Or, quelques heures avant l’annonce de sa nomination, Emmanuel Macron remettait sur la table la sienne, de réforme, en y ajoutant la question de l’allongement de la durée de cotisation. Bonne chance donc aux futurs ministres du Travail et de la Santé pour relancer une discussion avec les syndicats et le patronat, car ceux-ci sont pour une fois unanimes : ils ne veulent plus en entendre parler, du moins pour le moment, et estiment que l’urgence sociale se situe plutôt sur le front de l’emploi, notamment des jeunes.

Leave a Reply