Le Brexit les yeux bandés des Britanniques – Le Monde

Spread the love

Editorial du « Monde ». En apparence, le Brexit est une affaire classée. En accordant à Boris Johnson une large majorité à la Chambre des communes, les électeurs britanniques ont plébiscité le bateleur qui n’a cessé de marteler une promesse prioritaire à leurs yeux : en finir avec les atermoiements et mettre en œuvre, d’ici à la fin janvier 2020, leur décision de sortir de l’Union européenne (UE). Le discours de la reine, jeudi 19 décembre, à Westminster, a donc, conformément à la tradition, égrené la liste des projets de loi programmés par le gouvernement Johnson pour la nouvelle session parlementaire. Financement du système de santé public, répression accrue du terrorisme, service minimum dans les trains en cas de grève, Internet rapide pour tous… La vie politique, phagocytée par le Brexit depuis plus de trois ans, est censée reprendre son cours. La dissolution du « ministère du Brexit », créé en 2016, symbolise cette volonté de tourner la page.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Comment Boris Johnson prépare le Royaume-Uni au Brexit

En réalité, personne ne sait ce que Boris Johnson va faire de l’immense pouvoir qu’il va exercer pendant cinq ans, les mains d’autant plus libres que l’opposition travailliste, sonnée par sa bérézina électorale, ne sait plus elle-même où elle habite. Le refus, ou l’incapacité, des deux grands partis britanniques à expliquer à l’opinion les enjeux concrets du Brexit – le démantèlement des milliers de liens tissés avec l’UE dans tous les domaines – aboutit à cette situation extravagante : après quarante-deux mois de débats et deux campagnes électorales, en 2017 et 2019, les Britanniques ont, les yeux bandés, confié les clés du royaume à un homme qui ne leur a pas dit quel type de relations il souhaite conserver avec le continent.

Des relations proches avec libre accès au marché européen afin de préserver l’économie, en particulier les emplois des ouvriers pro-Brexit du nord de l’Angleterre qui ont lâché le Labour pour voter conservateur ? Ou un simple accord de libre-échange qui, en rompant avec les règles européennes, satisferait les partisans d’une nouvelle révolution thatchérienne et enchanterait l’ami Donald Trump ?

Discussions si complexes

Ce choix historique sera au centre des négociations entre Londres et les 27 Etats de l’UE qui s’ouvriront, début 2020, dès la ratification de l’accord de divorce. Des discussions si complexes, incertaines et cruciales, qu’elles risquent de faire passer le chaos dramatique de ces dernières années pour un aimable lever de rideau. En annonçant qu’il inscrirait dans la loi son refus de dépasser la date butoir du 31 décembre 2020 pour boucler ces négociations, objectif a priori irréaliste, Boris Johnson menace de choisir la rupture. Mais son itinéraire d’opportuniste – son choix pro-Brexit n’avait rien d’évident avant 2016 – et son pragmatisme rendent possible une attitude plus ouverte, compte tenu d’un rapport de force économique défavorable : l’UE absorbe 47 % des exportations britanniques, alors que le Royaume-Uni ne pèse que 7 % de celles de l’Union.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Après le Brexit, les chausse-trappes d’une refonte éclair des relations entre le Royaume-Uni et l’UE

Pour l’Europe, cette incertitude prolongée constitue un danger et un avertissement. Danger de voir le Royaume-Uni se transformer, à ses portes, en une économie concurrente pratiquant une politique de dumping douanier, fiscal, social et environnemental. Avertissement si l’on considère l’affaiblissement du débat public, l’escamotage des enjeux du Brexit, masqués par le talent d’illusionniste du premier ministre, et le délabrement de l’opposition, qui traduisent l’ébranlement du système politique britannique, la plus enracinée des démocraties du continent.

Le Monde

Leave a Reply