Laurent Pietraszewski remplace Jean-Paul Delevoye – Le Figaro

Spread the love

Emmanuel Macron a choisi le député du Nord, un fidèle, pour gérer la réforme contestée des retraites, en remplacement du haut-commissaire démissionnaire Jean-Paul Delevoye.

Laurent Pietraszewski sera nommé ce matin «secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la santé et des solidarités, en charge de la réforme des retraites».
Laurent Pietraszewski sera nommé ce matin «secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la santé et des solidarités, en charge de la réforme des retraites». DR

Ça n’a pas trainé. Deux jours à peine après la démission de Jean-Paul Delevoye, Emmanuel Macron a tranché. C’est le député LREM Laurent Pietraszewski qui remplacera le haut commissaire à la réforme des retraites. Il sera nommé dès ce matin «secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la santé et des solidarités, en charge de la réforme des retraites». Baptême du feu, il participera dans la foulée à son premier conseil des ministres.

Inconnu du grand public, Laurent Pietraszewski est un macroniste de la première heure. Élu député du Nord en 2017, il est présenté par l’Elysée comme un «spécialiste reconnu» des relations sociales et des ressources humaines, «fin connaisseur des questions sociales et du système des retraites». Laurent Pietraszewski s’est notamment fait remarquer par le chef de l’Etat lorsqu’il a endossé le rôle de rapporteur des ordonnances travail. «Il était d’ailleurs pressenti pour être rapporteur de la loi sur les retraites», assure un proche du président de la République. «C’est un parlementaire expérimenté et légitime pour occuper cette fonction exigeante et technique», assure-t-on à l’Elysée. C’est bien le moins.

«Le poste n’est pas un cadeau»

Au regard de la colère sociale qui embrase le pays, l’exécutif pouvait difficilement se priver plus longtemps d’un appui technique et solide sur la réforme des retraites. Au lendemain d’une journée de manifestation en demi teinte pour les syndicats, Edouard Philippe ne pouvait pas se présenter face à eux en position d’infériorité, affaibli par la démission d’un ministre acculé à la démission par sa «légèreté coupable». Laurent Pietraszewski est prévenu, le plus difficile est à venir. «Le poste n’est pas un cadeau», reconnait un conseiller d’Emmanuel Macron. «C’est super casse-gueule ! Il n’y a que des coups à prendre. En gros, c’est comme récupérer les commandes d’un chalutier en pleine tempête…», ajoute-t-on de même source.

En choisissant un député pour remplacer l’architecte de la réforme des retraites, Emmanuel Macron envoie aussi un geste au parlement et à sa majorité. «Le parlement veut se faire écouter et la majorité veut se faire entendre», observe un proche du chef de l’Etat. La nomination de Laurent Pietraszewski est un signal. Mais un signale seulement car c’est toujours Edouard Philippe qui endosse le poids politique de la réforme.

Leave a Reply