DÉCRYPTAGE – Une étude de l’Ifop pour la Fondation Jean Jaurès et l’observatoire Conspiracy Watch, publiée ce mercredi, montre que deux Français sur trois sont relativement hermétiques aux théories du complot. Une personne interrogée sur dix pense notamment que l’attentat du 11 décembre à Strasbourg était une “manipulation du gouvernement pour détourner l’attention” en plein mouvement des “gilets jaunes”. Mais pourquoi les thèses conspirationnistes fascinent-elles autant ?

Les attentats contre le World Trade Center ont été fomentés par la CIA. Le sida a été inventé par les Etats-Unis (encore eux) pour combattre la révolution castriste. L’homme n’a pas marché sur la Lune, les séquences ont été tournées dans les studios que Stanley Kubrick avait construits pour “2001 l’Odyssée de l’espace”. De toute façon, les gouvernements nous mentent. D’ailleurs, c’est une société secrète qui dirige le monde, les Illuminatis. Coïncidence ? Sans doute pas.

Les théories du complot, ces récits qui remettent en cause la version officielle – “On nous cache tout, on nous ment” -, existent depuis belle lurette. Mais la France n’a pris conscience de cela que très récemment. “C’est après les attentats contre Charlie Hebdo , en janvier 2015, qu’on a commencé à se poser la question de la crédulité collective dans notre pays”, détaillait début 2016 pour LCI Gérald Bronner, professeur de sociologie, spécialiste des croyances collectives. A l’époque, alors que des mouvements de solidarité envahissent les rues, le Web, lui, est envahi de rumeurs. Des élèves racontent à leurs professeurs que les attaques sont l’œuvre du Mossad, des Juifs, des Francs-Maçons. Les médias relaient, un peu sidérés par le surgissement de ces théories, par les arguments développés et par leur ampleur. 

Quatre ans après, le complotisme, qu’il concerne les attentats ou autre, semble toujours bel et bien là. C’est ce que tend à démontrer une étude Ifop réalisée pour la fondation Jean Jaurès et de Conspiracy Watch qui, après une enquête aux enseignements similaires l’an dernier, confirme la fascination qu’exercent les théories du complot sur beaucoup de Français. Selon ses résultats, ils sont ainsi 10% à penser que l’attentat du 11 décembre à Strasbourg était une “manipulation du gouvernement pour détourner l’attention” en plein mouvement des “gilets jaunes”. Invités à donner leur avis sur les théories les plus répandues, 43% des sondés croient que “le ministère de la Santé est de mèche avec l’industrie pharmaceutique pour cacher au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins”. Plus que les 34% qui adhèrent à l’idée selon laquelle le décès de Lady Diana serait “un assassinat maquillé”. Plus généralement, s’ils ne croient pas forcément à toutes les thèses complotistes qui leur ont été soumis, deux Français sur trois s’y montrent relativement hermétiques.

Let a comment