Advertisements

L'Apple Watch court sans attendre GymKit

Spread the love

Jay Blahnik, le Directeur des Technologies Fitness et Santé chez Apple était de passage la semaine dernière à Paris pour rencontrer quelques médias. L’occasion de faire un point sur l’aspect sportif de l’Apple Watch et d’accompagner le propos de démonstrations de fonctions maintenant bien assimilées, mais aussi du système GymKit, qui n’est pas encore si répandu.

Image: Apple

Lancé il y a deux ans, GymKit est une passerelle de communication entre une Apple Watch et un appareil de sport jumelés le temps d’un exercice. Par ce biais on récupère des données plus précises de sa session. C’est simple et ça marche… encore faut-il trouver une salle qui ait des équipements compatibles.

Un vélo d’intérieur compatible GymKit, croisé dans la salle de sport d’un hôtel. Image : WatchGeneration

L’un de nos lecteurs, Rodolphe Leggio, faisait partie de la poignée de personnes conviées par Apple à ce rendez-vous, organisé dans la salle de La Montgolfière à Paris. Un lieu pourvu de machines équipées d’un firmware GymKit :

« L’évènement s’est déroulé en trois parties : une explication suivie d’une démonstration de GymKit puis une séance de running en extérieur et une session de yoga.

Après avoir présenté la montre dans sa globalité, en rappelant quelques fonctions utilisables dans un contexte sportif (principe des anneaux à fermer, écoute de podcasts, défis que l’on peut lancer à un ami…), Jay Blahnik nous a invités à tester GymKit. Cette solution est le plus souvent proposée sur des machines de type cardio.

Une fois la montre connectée à la machine, elle reçoit les mêmes données que celles mentionnées par le tapis. Les informations étant enfin synchronisées et parfaitement calibrées, dites au revoir à la frustration générée par le fait de constamment regarder votre montre pour comparer les données à celles de la machine.

Connexion de l’Apple Watch au tapis via GymKit. Image : Apple

Le lancement est simple, il suffit de sélectionner l’option « Connect to Apple Watch » dans les paramètres du tapis puis d’approcher sa montre du capteur situé au niveau de l’écran. Lorsqu’on oublie de connecter la montre au cours de l’exercice, il suffit de la présenter directement à ce même capteur, sans avoir besoin d’interrompre son activité. La synchronisation est immédiate et permet de récupérer les informations de son exercice depuis son départ. Une habitude à prendre, mais cela reste très pratique. Surtout si vous êtes dans la course aux anneaux fermés !

Jay Blahnik a rappelé que cette fonctionnalité n’était pas exclusive aux machines Technogym, d’autres acteurs du fitness sont partenaires d’Apple : Matrix, Life Fitness, Star Trac… (récemment, cette liste qui comprend aussi Cybex, Schwinn et StairMaster, s’est renforcée de True Fitness, Woodway et Octane Fitness, ndlr). Cela fait du monde et la probabilité que les salles de sport en soient progressivement équipées s’agrandit.

Toujours selon le responsable d’Apple, l’exercice le plus utilisé parmi le panel de pratiques sportives proposées dans l’app du même nom sur l’Apple Watch est celui de la course à pied.

Le ciel étant clément, Apple nous a conviés à une petite session running dans le quartier afin de tester les fonctionnalités de base : mettre sa course en pause, tester les « boucles » (les “fractionnés”), ou encore choisir les informations les plus pertinentes à afficher sur l’écran de la montre. Ça peut être pratique lorsqu’on veut faire une préparation spécifique sur une course.

Réglage de l’affichage des information pour l’activité de Course

Les kilomètres s’enchaînent, sous les bons conseils d’une Mastertrainers Nike, et le groupe est déjà de retour au point de départ. La matinée s’est achevée sur une séance de yoga. Une bonne occasion, comme le soulignait Jay Blahnik, de faire jouer deux outils de la montre : l’app de tracking pendant l’activité, puis la fonction « Respirer » afin d’effectuer, en douceur, un retour au calme après l’effort.

Image : Apple

Pour résumer, cet évènement spécial mettait en avant l’Apple Watch Series 5 sur le plan du fitness et de la santé. Une occasion pour Apple de montrer, encore et toujours, qu’elle veut faire de sa montre, non plus seulement un « complément » de l’iPhone, mais un vrai compagnon de route pour l’effort physique et le bien-être au quotidien. », conclut Rodolphe.

L’aspect le plus intéressant dans cette opération de communication d’Apple est GymKit, mais comme nous l’a précisé Rodolphe, Apple n’a pas fourni d’informations particulières sur le taux d’équipement en France en machines compatibles avec son système. Il est probable aussi que cette information soit compliquée à agréger. Apple fournit un logiciel spécialisé, aux fabricants d’équipements et à leurs clients ensuite de s’en saisir.

Il faut qu’une salle dispose de machines prééquipées ou, si elle sont plus anciennes, dont le firmware puisse être mis à jour. Lorsque c’est techniquement possible, encore faut-il que les responsables des lieux s’y intéressent. C’est un long parcours.

Au printemps 2018, aux débuts de GymKit, une salle parisienne proposait des machines neuves et compatibles, mais c’est un lieu réservé à une clientèle relativement aisée. Tout comme celui où Apple a organisé cette rencontre. Cela pourrait malheureusement prendre encore des années avant que GymKit ne se popularise. En attendant, les machines et les Apple Watch continueront de faire leurs calculs chacune de leur côté.

Advertisements

Leave a Reply