L’ancien président de la République Valéry Giscard d’Estaing est mort – Le Figaro

Spread the love

L’ancien président de la République de 1974 à 1981 avait été hospitalisé à Tours le 17 novembre dernier pour «une insuffisance cardiaque». Il s’est éteint à l’âge de 94 ans, entouré des siens.

L’ancien président de la République Valéry Giscard d’Estaing est décédé ce mercredi soir à l’âge de 94 ans, a annoncé son entourage. Il s’est éteint «entouré de sa famille» dans sa propriété d’Authon dans le Loir-et-Cher. Il est mort «des suites du Covid» a ensuite précisé sa famille.

L’ancien chef de l’État avait été admis dans «le service de cardiologie» de l’hôpital de Tours le 17 novembre dernier pour «une insuffisance cardiaque» , avait alors indiqué son entourage. En septembre, l’ancien chef de l’État avait déjà été hospitalisé à l’hôpital Georges Pompidou, à Paris, pour «une légère infection aux poumons». Il avait déjà été hospitalisé à plusieurs reprises à l’hôpital Georges Pompidou il y a quelques années, en cardiologie pour la pose de stents.

Plus jeune président de la Vème République lorsqu’il est élu en 1974, Valéry Giscard d’Estaing avait fait l’une de ses dernières apparitions publiques le 30 septembre 2019 lors des obsèques à Paris d’un autre président de la République, Jacques Chirac, qui fut son premier ministre de 1974 à 1976.

Incarnation de la modernité triomphante

Valéry Giscard d’Estaing n’a que 48 ans lorsqu’il accède à l’Élysée en 1974, battant sur le fil François Mitterrand, et devient ainsi, dans une France qui enterre les Trente-Glorieuses et digère mai-68, le premier non-gaulliste à s’emparer de l’Élysée. Il se voulait alors l’incarnation d’une modernité triomphante, issue du centre-droit libéral et démocrate-chrétien qui a bâti l’Europe d’après-guerre.

Polytechnicien et énarque, issu d’une grande famille bourgeoise, VGE était entré au gouvernement dès 1959, multipliant les postes ministériels à l’Économie et aux Finances dans les années 60 et 70. Cependant, le 10 mai 1981, il échoue à se faire réélire face à François Mitterrand. Européen convaincu, il prend en 2001 la tête de la Convention pour l’Europe, chargée de rédiger une constitution européenne, qui sera rejetée par référendum. Économiste brillant, auteur de plusieurs ouvrages, il a été élu en 2003 à l’Académie française.

Leave a Reply