L’ambassadeur d’Iran au Royaume-Uni convoqué à la suite de l’attaque d’un pétrolier – Le Monde

Spread the love
Le « Mercer-Street », en 2016. Le bateau a été la cible d’une attaque le 29 juillet 2021 en mer d’Oman.

L’ambassadeur d’Iran au Royaume-Uni, Mohsen Bahardvand, a été convoqué par le ministère des affaires étrangères britannique, a annoncé lundi 2 août un porte-parole de ce ministère dans un communiqué. Cette convocation fait suite à l’attaque meurtrière, survenue il y a quatre jours, du Mercer-Street, un navire pétrolier en mer d’Oman.

« Je pense que l’Iran doit faire face aux conséquences de ce qu’il a fait », a déclaré le chef du gouvernement britannique, Boris Johnson. Selon lui, « il s’agit clairement d’une attaque inacceptable et scandaleuse contre un navire commercial ».

Dimanche, Londres avait jugé « très probable que Téhéran ait attaqué » le navire. Cette agression « délibérée, ciblée » et « illégale » constitue « une violation manifeste du droit international par l’Iran », avait affirmé le ministre des affaires étrangères, Dominic Raab, lequel dit « travailler avec ses partenaires internationaux à une réponse concertée face à cette attaque inacceptable ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Face à l’Iran, Israël a perdu toute direction »

Une attaque qui a causé la mort de deux personnes

L’attaque au drone, qui n’a pas été revendiquée, a fait deux morts : un Britannique employé par la société de sécurité Ambrey, et un membre d’équipage, roumain, selon l’armateur Zodiac Maritime, société de l’Israélien Eyal Ofer à laquelle appartient le Mercer-Street. Israël a aussitôt pointé du doigt l’Iran, son ministre des affaires étrangères, Yaïr Lapid, accusant vendredi la République islamique d’être « un exportateur de terrorisme, de destruction et d’instabilité qui fait mal à tout le monde ». Les Etats-Unis ont, eux aussi, accusé l’Iran, Washington menaçant d’une « réplique appropriée ».

L’Iran a averti lundi qu’il répondrait à tout « aventurisme » s’il était pris pour cible pour cette attaque meurtrière qu’il nie avoir fomentée. « La République islamique d’Iran n’hésitera pas à protéger sa sécurité et ses intérêts nationaux », a déclaré le porte-parole des affaires étrangères iraniennes Saïd Khatibzadeh, dans un communiqué.

Rivalité entre Israël et l’Iran

Depuis des années, Israël et l’Iran s’affrontent directement ou indirectement au Liban, en Syrie, en Irak et dans la bande de Gaza palestinienne. Mais, ces derniers mois, cette rivalité s’est transposée en mer avec l’émergence d’une mystérieuse série de sabotages et d’attaques.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Nouvelle escalade dans la guerre maritime entre Israël et l’Iran

L’attaque de jeudi est la dernière manifestation en date de l’inimitié entre l’Iran et Israël.

En mars, le Wall Street Journal a rapporté, citant des responsables américains et du Moyen-Orient, qu’Israël avait ciblé, depuis la fin de 2019, principalement avec des mines sous-marines, au moins une dizaine de navires faisant route vers la Syrie et transportant, dans la plupart des cas, du pétrole iranien.

« S’ils ont des preuves pour soutenir leurs affirmations infondées, ils devraient les fournir », a dit lundi M. Khatibzadeh, reprochant à Londres et Washington de garder le « silence » à propos d’« attaques terroristes » visant les « navires commerciaux » iraniens.

Le Monde

Leave a Reply