L’agtech peut-elle renforcer une chaîne d’approvisionnement alimentaire fragilisée ?

Spread the love
L'agtech peut-elle renforcer une chaîne d'approvisionnement alimentaire fragilisée ?

Quel impact aura la crise sanitaire, qui entraîne un chaos à court terme et conduit à des considérations à plus long terme sur l’arrêt de la production, sur la chaîne d’approvisionnement alimentaire ? L’une des principales préoccupations est la pénurie de main d’œuvre à venir, notamment la main d’œuvre saisonnière.

L’impact du coronavirus sur l’agriculture n’est pas certain, mais un point positif pourrait venir de la récente croissance des technologies agricoles et alimentaires qui contribuent à améliorer l’efficacité de la chaîne d’approvisionnement alimentaire. La société Finistere Ventures a récemment publié son “Examen de l’investissement dans les technologies agroalimentaires en 2019“, qui a révélé que le capital-risque a inondé le secteur agrotechnique de soutiens au cours de l’année écoulée, entraînant des développements qui, dans certains cas, pourraient contribuer à atténuer les perturbations.

« Alors que davantage d’argent est investi dans les technologies avancées de protection des cultures, l’agriculture d’intérieur, les protéines alternatives, le raffinement des ingrédients et les progrès de la chaîne d’approvisionnement, les investissements dans les piliers tels que l’agriculture numérique commencent à chuter alors que des leaders commencent à émerger », explique Arama Kukutai, co-fondateur de Finistere Ventures. « De même, ces réaffectations d’investissements contribueront à la mise en place d’un écosystème alimentaire et agricole plus sain et plus durable, dont la valeur fondamentale doit être démontrée. »

De plus, les investissements mondiaux ont été raisonnablement bien répartis géographiquement, ce qui est un facteur important lorsqu’il s’agit de déterminer le rôle que l’agroindustrie peut jouer dans l’atténuation des pertes liées aux retombées de la pandémie. Alors que les Etats-Unis continueront à jouer un rôle de premier plan dans les investissements agrotechniques, le rapport de Finistere indique clairement que l’Europe comble le fossé et double le capital déployé dans les transactions agrotechniques par rapport à 2018.

publicité

La perte des récoltes, un enjeu mondial

L’agtech est un secteur énorme et tout sauf monolithique, même si généralement, le terme fait référence aux technologies qui permettent de diminuer les intrants, d’augmenter les rendements et d’atténuer les pertes. Par exemple, l’ampleur du problème mondial de pertes de récoltes est stupéfiante. Dans le monde entier, les agriculteurs perdent environ 750 milliards de dollars par an en raison de la perte de leurs récoltes. Environ un tiers de tous les aliments cultivés sont perdus.

Mais une série de nouvelles technologies, qu’on nomme “agriculture de précision” ou “intelligence agricole”, peuvent aider. Une société, Taranis, vient de dévoiler un nouveau système d’identification des mauvaises herbes qui combine la vision par ordinateur, l’imagerie par satellite et par drone, et l’IA pour indiquer aux agriculteurs quel type de mauvaise herbe attaquent leurs cultures en temps réel, leur permettant ainsi de riposter.

La plateforme Taranis commence par des images collectés par des satellites, des avions et des drones, offrant trois échelles de résolution distinctes pour extraire les données. La moissonneuse-batteuse combine l’imagerie de terrain et utilise la technologie de deep learning pour reconnaître les problèmes de santé des cultures.

Une population mondiale plus nombreuse à nourrir

Au Japon, une société appelée Spread, un producteur de légumes durables, a attribué à des robots la quasi-totalité de la main-d’œuvre nécessaire à la culture de milliers de têtes de laitue dans son usine de Kyoto. La seule tâche qui sera encore effectuée par les humains est la plantation de graines.

Anticipant les craintes d’une pénurie, Spread prend en compte la peur qu’une population vieillissante n’entraîne bientôt une pénurie de main-d’œuvre potentiellement paralysante. Le gouvernement et les industries technologiques poussent le développement de la robotique pour prendre le relais de l’homme, une ligne de pensée qui pourrait bientôt devenir familière dans le secteur agricole des pays occidentaux.

De même, des entreprises comme Toshiba, Fujistu, Panasonic et Sharp se lancent dans le secteur agricole avec des innovations telles que les robots agricoles et les technologies permettant de faciliter l’agriculture d’intérieur à grande échelle.

Il est difficile d’évaluer si les technologies en cours de développement contribueront à soulager la pression à court terme sur l’approvisionnement alimentaire, surtout si l’on considère que de nouvelles technologies comme les drones et la vision artificielle sont greffées sur des pratiques agronomiques plus anciennes.

Mais la secousse devrait contribuer à accélérer l’adoption de nombreux outils agrotechniques et à stimuler le développement de nouvelles solutions, et c’est une bonne nouvelle à long terme. Les Nations Unies estiment que d’ici à 2050, la Terre devra produire durablement 70 % de nourriture de plus qu’aujourd’hui, en termes de calories, pour suivre la croissance de la population mondiale.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply