Labo – Qu’apporte le mini-led sur le nouvel iPad Pro 12,9″ 2021 ? – Les Numériques

Spread the love

3

Avec son iPad Pro 12,9″, Apple démocratise la technologie du mini-led et l’apporte, pour la première fois, sur une tablette. L’occasion de faire le point sur cette technologie et ses avantages.

Apple iPad Pro 12,9″ (2021)

Note Les Numériques

  • Boulanger.comBoulanger.com

    1,219,00

  • CdiscountCdiscount

    1,219,00

  • RakutenRakuten

    1,219,00

  • Fnac.comFnac.com

    1,219,99

  • Darty.comDarty.com

    1,219,99

  • Top AchatTop Achat

    1,224,94

  • Materiel.netMateriel.net

    1,225,90

  • MacwayMacway

    1,225,90

  • LDLCLDLC

    1,227,90

Fonctionnement du tableau de prix

Outre sa puce M1, ce nouvel iPad Pro 12,9″ se distingue par sa dalle Liquid Retina XDR, rétroéclairée par des mini-led. C’est la première fois que nous croisons cette technologie sur une tablette. Nous n’avons donc pas résisté à la tentation d’explorer ce que cache cet écran. D’autant plus que les écrans d’iPad se placent parmi les meilleurs du marché. Au programme ici, un contraste amélioré, un HDR spectaculaire mais un effet de blooming encore présent.

L'iPad 12,9 pouces de 2021.

L’iPad 12,9 pouces de 2021.

De très petites zones de rétroéclairage

Pour rappel, le mini-led est une technologie de rétroéclairage de l’écran. Celle-ci s’ajoute à l’arrière d’un écran IPS et vient épaissir l’ensemble. L’iPad Pro 12,9 2021 (280,6 x 214,9 x 6,4 mm) prend ainsi 0,5 mm d’épaisseur, par rapport au modèle 2020 (280,6 x 214,9 x 5,9 mm). Comme il s’agit tout de même d’une dalle IPS, la configuration des sous-pixels se révèle donc identique aux modèles précédents. Le rétroéclairage en mini-led consiste en la multiplication de zones indépendantes de rétroéclairage, distribuées sur toute la surface de la dalle. La pertinence de cette technologie va donc dépendre en partie du nombre de zones présentes. En théorie, un écran avec un grand nombre de zones, toutes capables de s’éclairer indépendamment, pourra prétendre à un contraste proche de l’infini. A l’inverse, un écran avec moins de zones souffrira d’un contraste limité. Sur le dernier téléviseur mini-led passé par nos labos, le Samsung QE65QN95A, nous avions compté 864 zones sur 65 pouces. Cela représente des zones de 13,2 cm². Sur l’iPad, Apple vante 2596 zones sur 12,9 pouces. Avec ce ratio, chaque zone occupe 0,19 cm². Nous en trouvons 59 sur la longueur et 44 sur la largeur. Le rétroéclairage reste donc très localisé ici. Nos mesures confirment que cette configuration lui permet d’offrir un contraste qui tend vers l’infini, comme sur un écran Oled.

La configuration des sous–pixels de l'iPad Pro 12,9 pouces.

La configuration des souspixels de l’iPad Pro 12,9 pouces.

Ce rétroéclairage divisé en zones de l’écran permet également de proposer un pic lumineux très élevé. Nous avons ainsi mesuré du 1327 cd/m² alors que la majorité des tablettes, même en Oled, ne dépassent pas le millier. L’ardoise de l’iPad Pro 12,9″ s’offre ainsi un HDR d’excellente qualité et très agréable à l’œil. Mais le tableau n’est pas non plus tout rose. Malgré ses zones minuscules, cet écran d’iPad souffre tout de même de blooming, cet effet de halo autour des objets lumineux avec un fond sombre — typiquement les sous-titres par exemple. Sur les photos ci-dessous, nous comparons l’iPad Pro 12,9″ avec la Samsung Galaxy Tab S7+, dotée d’un écran Oled qui, par définition, ne souffre pas de blooming. Nous avons donc pris en photo l’écran dans l’obscurité la plus totale. Avec notre appareil photo, nous avons essayé de reproduire, au mieux, l’effet vu à l’œil nu. Nous pouvons ainsi constater que le halo lumineux s’avère bien plus discret sur l’ardoise de Samsung que sur celle d’Apple. Cela se voit sur le bouton play au centre de la dalle, mais surtout sur la barre horizontale située en dessous.

Samsung Galaxy Tab S7 Plus
Apple iPad Pro 12,9 2021

En conclusion, du mini-led bienvenu

En conclusion, l’écran de l’iPad Pro 12,9″ se révèle très convaincant. A la fois, à l’usage, mais également en tant qu’ambassadeur du rétroéclairage au mini-led. Le choix d’offrir un nombre très élevé de zones sur une petite surface permet de sublimer encore le bon travail colorimétrique d’Apple, apportant un contraste infini et un HDR de grande qualité. Tout cela pour un prix minime à payer, à savoir un léger effet de blooming et 0,5 mm d’épaisseur en plus.

Leave a Reply