La vaccination des enfants, nouvelle peur des manifestants anti-passe sanitaire – Le Monde

Spread the love
Des manifestants contre le passe sanitaire, samedi 21 août, à Paris.

Au sixième samedi de manifestations, les protestataires anti-passe sanitaire – et souvent également anti-vaccin – se retrouvent presque en habitués, maintenant. Dans toute la France, 175 000 manifestants, selon la police, se sont ainsi rassemblés (40 000 de moins que le samedi précédent), souvent à l’appel des « Gilets Jaunes », parfois de l’extrême droite.

A Paris, ce 21 août, 15 000 manifestants ont ainsi battu le pavé, en ordre dispersé. Un rassemblement a en effet été organisé par Florian Philippot, ancien conseiller de Marine Le Pen désormais leader de son propre mouvement Les Patriotes, et pas moins de trois autres manifestations, encadrées par les Gilets jaunes venus des huit départements d’Ile-de-France où, devant la recrudescence de l’épidémie, le passe sanitaire est désormais imposé jusque dans les grands centres commerciaux.

Trois manifestations « Gilets Jaunes » ? « Nous obligeons ainsi la police à diviser ses unités », assure Farouk Largo, l’un des porte-parole de Gilets jaunes du Val-d’Oise, et nous sommes aussi plus visibles dans différents points de la capitale. » Les gendarmes mobiles qui encadrent les manifestants et tentent de les empêcher de dévier leur parcours vers les Champs-Elysées, sont d’ailleurs copieusement pris à partie : « Pute à Macron ! », « Collabos ! » « On va vous vacciner ! », hurlent à leur intention quelques manifestants sans pour autant se frotter à eux.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A Marseille, les anti-passe sanitaire disent leur soutien à Didier Raoult

Des envies de révolution

Il y a là des copains de boulot, des familles avec leurs gamins, des retraités qui crient « Liberté », chantent La Marseillaise et rêvent d’organiser, comme ce manifestant qui en a inscrit la liste sur sa pancarte « une grève massive de la fréquentation des bars, cafés, restaurants, hôtels, agences de voyage, événements sportifs et culturels » pour mettre à bas « le passe sanitaire, Macron, les flics et le système ». Les médias aussi en prennent pour leur grade, accusés pêle-mêle de soutenir le gouvernement, les laboratoires pharmaceutiques et de cacher la réalité de l’épidémie. « C’est une grippette bégnine et saisonnière qui ne fait mourir que les vieux, mais les télés s’organisent pour faire peur aux gens afin de tous nous contrôler ! », assure ainsi avec véhémence Jessica Penet, venue des Yvelines comme chaque samedi pour protester.

Il y a un drôle de mélange de contestation des élites, des envies de révolution et de guillotine, une défiance à l’égard de tout, et surtout du président de la République. « Vous allez voir, il va annuler les élections présidentielles et installer la dictature », assure ainsi Roger, sexagénaire, devant un groupe de jeunes gens qui avouent que, de toute façon, ils ne votent pas.

Il vous reste 55.19% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply