La SVOD à l’heure de la recommandation et de l’hyperchoix

Spread the love
Au cœur de cette nouvelle bataille entre les services de streaming : les abonnés !  BetaSeries révèle que parmi les répondants à son enquête 19% sont abonnés à 3 services de SVOD. Ce qui signifie que la compétition entre les services va s’accentuer : « Plus que jamais, le temps passé devant les écrans sera analysé par ces acteurs qui vont tout faire pour capter l’attention sur leurs offres et la garder. »

58% des visionnages vont jusqu’au bout du premier épisode

En France, 54% des amateurs de SVOD passent plus de 10 minutes pour choisir une nouvelle série ce qui fait dire à BetaSeries que le temps de recherche d’un programme devient un indicateur de performance clés pour les streamers. A cela vient s’ajouter le temps de visionnage réel des séries. 

En mesurant le temps de visionnage des premiers épisodes du top 20 des séries les plus vues cet été, le site français nous éclaire sur le comportement des SVODistes : si une majorité des visionnages va jusqu’au bout (58%), témoignage de l’adhésion à la série, 24% abandonnent dès les 5 premières minutes, révélation que la série est mal recommandée, ce qui pousse l’internaute à en abandonner la lecture prématurément. Une interruption du visionnage qui peut avoir de lourdes conséquences sur la fidélité à la plateforme. En affinant série par série, cet écart varie entre 49% et 72% des spectateurs qui vont au bout de l’épisode et 17 à 30% qui abandonnent dans les premières minutes : il y a donc des séries qui sont mieux perçues et recommandées que d’autres.

Cibler et recommander

Pour baisser ce fameux temps de recherche et augmenter le visionnage jusqu’au bout des épisodes, il faut connaitre les attentes des utilisateurs, les segmenter par groupes d’usages

sériels et les accompagner avec des propositions ciblées par segment d’usage dans leur recherche de nouveau contenu. Plus que jamais, la recommandation devient une fonctionnalité primordiale pour baisser le taux de « churn » des services. En France, quand BetaSeries demande à sa communauté de déclarer leur méthode préférée pour choisir son prochain contenu, le site constate que la majorité des spectateurs cherchent sans méthode et naviguent dans les menus, qui proposent d’ailleurs souvent des listes de recommandations globales (les Tops, les tendances du moment…). Ils prennent ensuite en compte principalement l’avis de leurs communautés puis ce qu’ils lisent dans les médias. La pure recommandation personnalisée de la plateforme (« notre recommandation pour vous ») n’est pas la démarche de référence.

Le poids des algorithmes et la sérendipité

Dans cet océan de programmes et de plateformes, de SVOD, de VOD et de Replay, le consommateur est en permanence face au dilemme de l’arbitrage de son temps disponible et de ses choix de consommation. C’est encore plus vrai pour les services de SVOD puisqu’il n’y a pas la barrière du prix à l’entrée comme pour la VOD (TVOD ou EST) : le consommateur a le choix entre plusieurs milliers de programmes. On souligne très souvent la puissance des moteurs de recommandation et des algorithmes de telle ou telle plateforme, mais ce que tend à prouver l’enquête de BetaSeries, c’est que le consommateur est d’abord à l’écoute de son intuition, qu’on pourrait qualifier de sérendipité,  c’est-à-dire le « don de faire par hasard des découvertes fructueuses ».

publicité

Leave a Reply