La RATP fait rouler de nuit son premier bus autonome

Spread the love
La RATP fait rouler de nuit son premier bus autonome

Le groupe RATP a dévoilé ses chantiers pour mettre en circulation, d’ici l’an prochain, son premier bus autonome. Cette expérimentation sera lancée sur la ligne 393 du réseau Ile-de-France Mobilités, qui relie dans le Val-de-Marne la gare de Sucy-Bonneuil à la ville de Thiais.

Il s’agit d’une « première en France », comme le rapporte l’opérateur de transports parisien. Le groupe RATP figure, en outre, parmi « les premiers mondiaux à expérimenter un bus autonome de 12 mètres de long, 100 % électrique, sur une ligne de bus classique », précise Catherine Guillouard, présidente-directrice générale du groupe, citée dans un communiqué du groupe.

La RATP conduit déjà d’autres chantiers d’autonomisation en Ile-de-France, sur des trajets plus courts et réalisés par des navettes conçues à cet usage, comme c’est le cas par exemple de la navette autonome qui traverse le Bois de Vincennes.

publicité

Cinq capteurs et un safety driver à bord

Le bus autonome, de 12 mètres de long, est équipé de cinq capteurs (deux LiDAR, deux radars et une caméra) et propose 18 places assises, pour un trajet qui dessert 20 arrêts reliant plusieurs communes. Ce bus de la marque CRRC est importé et commercialisé par l’entreprise Clément Bayard.

Selon l’opérateur, il devrait être progressivement expérimenté de jour avec les bus traditionnels de la ligne, avant d’accueillir ses premiers voyageurs à « l’autonome 2022 », indique le groupe.

Le bus autonome de la ligne de bus 393 est testé de nuit en présence d’un “safety driver”.

Sur les rails, la SNCF travaille également sur un prototype de rame TER semi-autonome, dont nous évoquions sa mise à l’essai en mai dernier, après plus de deux ans de développement.

La RATP fait savoir qu’elle prépare également un projet de « véhicule autonome volant », un nouveau mode de transport développé par l’opérateur parisien aux côtés du groupe ADP et de Choose Paris Région. L’inauguration de cet engin volant est prévue « d’ici la fin de l’année » sur une zone de test sécurisée située à l’aérodrome de Pontoise – Cormeilles-en-Vexin (Val-d’Oise).

Leave a Reply