Advertisements

La mort de Windows 7 va-t-elle profiter à Linux ?

Spread the love

La fin de vie de Windows 7 est un moment important de cette année. Microsoft laisse sur le « bord de la route » des centaines de millions d’ordinateurs à travers le monde. Désormais livrés à eux même, ils doivent prendre une décision pour assurer leur sécurité.

L’arrêt de la maintenance de Windows 7 n’est pas anodine. Selon les derniers chiffres publiés par NetMarketShare, la part de marché de cet OS dépasse toujours les 25%. En clair environ un ordinateur sur quatre qui utilise cet environnement tous les jours. Malgré tous les efforts de Microsoft pour minimiser son importance, il reste à ce jour le deuxième système d’exploitation le plus utilisé sur PC de bureau. On estime qu’il y a encore plus de 440 millions de personnes sous Windows 7 dans le monde entier.

Sans mises à jour de sécurité tous ces systèmes informatiques doivent trouver une réponse à la question : Faut-il rester sous Windows 7, adopter Windows 10 ou migrer vers macOS ou Linux ?

Il n’y a malheureusement pas de réponse universelle. Elle va dépendre de nombreux paramètres, contraintes et impératifs. Depuis le 14 janvier 2020, jour de la mise à la retraite officielle de Windows 7, beaucoup espèrent que l’environnement Linux va profiter de cette situation. Certains s’attendent à ce que le monde de l’Open Source accueille une nouvelle grande communauté.

Ubuntu, Linux Lite, Linux Mint et quelques autres distributions profitent d’amélioration et d’optimisations pour répondre aux besoins du grand public. Leurs développeurs voient la mort de Windows 7 comme une vraie opportunité pour conquérir de nouvelles parts de marché. L’affaire n’est cependant pas si simple car il existe plusieurs « types » d’utilisateurs de Windows 7.

Windows 7, qui est susceptible d’adopter Linux ?

Aux yeux de certains Windows 10 n’est pas perçu comme une avancée avec son approche en tant que « Service ». Windows 7 répond parfaitement aux attentes aussi bien en termes de fonctionnalité que de performance tout en conservant « l’expérience Windows traditionnelle ». Ces utilisateurs ne souhaitent tout simplement pas de changement. Ils ne veulent pas perdre leur temps avec un « nouveau » Windows leur demandant de réapprendre à utiliser leur PC.  Nous avons là une communauté qui est peu susceptible d’être intéressée par le monde Linux.

Nous retrouvons aussi des utilisateurs un peu plus aventureux et à l’écoutent de certains arguments. La sécurité fait partie du discours de tous les développeurs de distributions Linux. Canonical affirme que sa distribution Ubuntu permet de bénéficier d’une sécurité renforcée sans avoir besoin d’acquérir de nouveaux matériels.

Windows 7, Canonical invite ses utilisateurs à tester Ubuntu

La situation va alors se résumer à savoir si la sécurité prime avant tout.

La communauté Windows 7 se compose aussi d’utilisateurs expérimentés. Ils sont à première vue susceptibles de passer à Linux mais il y a de grande chance que cela ne sera pas le cas. Pourquoi ? S’ils sont en effet plus intéressés à explorer le monde non-Windows leur expérience face à la fin de Windows 7 les a probablement aidée à adopter Windows 10.

Enfin il reste le monde des professionnels. C’est peut-être ici que des changements peuvent avoir lieu. L’adoption de Linux peut devenir une alternative viable en raison des coûts de licence Windows, du développement de certaines applications « maison » et peut-être de l’achat de matériel. Attention tout de même si Linux peut paraitre gratuit ce n’est pas une vérité. La gratuité ne concerne que la plateforme et des coûts sont obligatoires pour assurer la migration logicielle, matérielle, le support technique ou encore la formation du personnel.

Si la croissance de Linux sur le marché grand public et des entreprises est souhaitable pour apporter de la concurrence, le chemin va être difficile. La mort de Windows 7 est un moment important mais l’est-il suffisamment pour enclencher une transformation du marché ?

Advertisements

Leave a Reply