Advertisements

La maire de Lille, Martine Aubry, est candidate aux municipales de 2020 – Le Monde

Spread the love

C’est la fin d’un faux suspens. Dans une interview au quotidien régional La Voix du Nord, la maire de Lille, Martine Aubry, annonce sa candidature aux municipales de mars 2020, jeudi 28 novembre. A 69 ans, l’ancienne ministre a décidé de briguer un quatrième mandat pour, dit-elle, faire face à « des défis très lourds : le défi écologique, bien sûr, mais aussi le défi social. Sans justice sociale, il ne peut pas y avoir de transition écologique ». Martine Aubry met aussi fin aux rumeurs annonçant qu’elle pourrait passer le relais en 2022 si elle est réélue en précisant : « Je pars pour un mandat complet. » Elle annonce toutefois qu’elle ne sera pas candidate à la présidence de la Métropole européenne de Lille.

Dès le mois d’août 2018, la fille de Jacques Delors était revenue sur sa décision de ne pas se représenter : « J’avais dit qu’après trois mandats, normalement, il faut passer la main. Mais personne ne savait qu’Emmanuel Macron serait élu. Et, moi, je n’ai pas envie qu’on laisse Lille devenir ce que la France devient aujourd’hui, c’est-à-dire [un pays où] seuls les plus riches sont aidés. »

Maire de Lille depuis 2001, Martine Aubry avait prévu d’annoncer officiellement sa décision fin septembre, avant de décider de la « reporter un petit peu, de quelques semaines, comme d’ailleurs la plupart des maires des grandes villes », avait-elle précisé lors d’un point presse, le 16 septembre.

Faute de successeur à Lille

Si Pierre Mauroy avait préparé sa succession en la faisant venir dans le Nord dès 1995, il n’y avait que peu de doute sur une nouvelle candidature de Martine Aubry pour 2020, faute de successeur à Lille. Après le parachutage raté de l’ex-ministre François Lamy, défait en 2017 dans la première circonscription lilloise remportée par l’« insoumis » Adrien Quatennens, Martine Aubry a vu son cercle de fidèles se restreindre. Son ami et bras droit, le premier adjoint Pierre de Saintignon, est mort en mars. L’ancienne députée Audrey Linkenheld, conseillère municipale PS, n’a pas souhaité reprendre le flambeau tendu par Martine Aubry.

Quant au sénateur socialiste Patrick Kanner, il a tenté, en vain, de se poser en recours face à la maire. En froid avec la « dame des trente-cinq heures » depuis sa nomination, en 2014, dans le gouvernement de Manuel Valls, l’ancien ministre de la jeunesse et des sports a refusé d’entrer en dissidence. Il a repris contact avec elle en septembre, sans toutefois la convaincre de lui céder la place. A 62 ans, Patrick Kanner avait pourtant préparé le terrain en créant son association, Ce sera Lille, en décembre 2018. Désormais, sa seule ambition est que « le Beffroi reste à gauche, avec le PS en leadership ».

Les stigmates des querelles internes

L’ancienne grande famille socialiste du Nord a conservé des stigmates des querelles internes vécues entre frondeurs et hollandais lors du mandat de François Hollande. Jeudi soir, Martine Aubry devait annoncer officiellement sa candidature aux militants socialistes. Beaucoup expliquent en coulisses qu’elle est la seule capable de garder la ville à gauche.

La campagne des municipales s’annonce, en tous les cas, difficile pour l’ancienne numéro deux du gouvernement Jospin. Quelques anciennes figures locales socialistes ont rejoint les rangs de La République en marche (LRM), comme l’ancien député européen et premier secrétaire de la fédération PS du Nord, Gilles Pargneaux, ou le sénateur Frédéric Marchand. Et c’est l’ancienne directrice de cabinet de Martine Aubry, Violette Spillebout, qui a été investie par le mouvement d’Emmanuel Macron pour mener la bataille face à l’ancienne première secrétaire du PS.

La candidate LRM, comme les deux autres candidats de la droite, Marc-Philippe Daubresse et Thierry Pauchet, ou le candidat de La France insoumise Julien Poix ne cessent de pointer du doigt le bilan de Martine Aubry en matière d’environnement. Qualifiée par ses opposants de « maire bétonneuse » pour avoir mis en tête de ses priorités le droit au logement pour tous, l’édile tente de « verdir » son image depuis l’année dernière. La ville de Lille a notamment été finaliste à la Capitale verte européenne 2021 en juin.

Pourra-t-elle s’appuyer sur une alliance rouges-verts pour faire oublier sa conversion tardive à l’écologie ? Pas au premier tour, puisque le duo d’élus lillois Europe Ecologie-Les Verts (EELV) Stéphane Baly et Stéphanie Bocquet, fort du résultat de EELV aux Européennes à Lille (21,7 %), espère arriver en tête pour ensuite négocier dans l’entre-deux-tours. Avec Paris et Nantes, Lille reste l’une des dernières grandes villes françaises socialistes.

Advertisements

Leave a Reply