Dans ce témoignage, un voisin de cellule de Nordahl Lelandais avait affirmé que l’ex-maître-chien lui avait confié avoir violé Maëlys avant de la tuer.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 16h57

Temps de Lecture 2 min.

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Grenoble a rejeté jeudi 31 octobre la requête en annulation déposée par l’avocat de Nordahl Lelandais contre le témoignage d’un ancien codétenu auquel il aurait fait des confidences, a-t-on appris auprès du parquet général.

Me Alain Jakubowicz, le conseil de l’ancien militaire mis en examen dans plusieurs dossiers, avait déposé le 18 septembre une demande d’annulation de cette déposition devant les magistrats instructeurs.

Dans ce témoignage, versé au dossier Maëlys à la fin de 2018, un voisin de cellule de Nordahl Lelandais à la prison de Saint-Quentin-Fallavier (Isère) avait affirmé que l’ex-maître-chien lui avait confié avoir violé Maëlys avant de la tuer. Nordahl Lelandais, qui a depuis été entendu au sujet de ces propos à charge et confronté à son ancien codétenu, conteste cette version des faits. Il affirme avoir tué Maëlys « involontairement » de plusieurs coups au visage et nie toute agression sexuelle.

Lire aussi Affaire Maëlys : les aveux incomplets de Nordahl Lelandais

Expertise psychologique

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Grenoble a également rejeté dans un second arrêt une demande d’annulation de l’expertise psychologique à laquelle l’accusé Lelandais a été soumis depuis son arrestation. « L’arrêt annule toutefois certains passages de l’expertise psychologique. Mais cela ne remet pas en cause ses conclusions », a expliqué le parquet général.

En juin, Me Jakubowicz avait également déposé une demande de contre-expertise psychiatrique pour son client, mais elle lui avait été refusée.

La chambre de l’instruction a aussi annulé un réquisitoire supplétif du parquet du 24 septembre demandant la mise en examen de Nordahl Lelandais pour viol « et rejeté toutes les autres demandes de la défense », a précisé le procureur de la République de Grenoble, Eric Vaillant. « Le parquet étudie les conséquences à tirer de cet arrêt », a-t-il ajouté.

Demande de requalification des poursuites

Confortés par la mise au jour du témoignage de l’ex-codétenu, mais également de soupçons d’agressions sexuelles sur plusieurs cousines, les parents de la fillette ont réaffirmé ces dernières semaines dans la presse leur souhait de voir M. Lelandais poursuivi pour « viol ». Ils réclament également que le trentenaire soit renvoyé devant la cour d’assises pour « assassinat » et non pour « meurtre », ce qui l’exposerait à une condamnation plus lourde : la réclusion criminelle à perpétuité sans aménagement de peine.

Me Fabien Rajon, l’avocat des parents de la fillette, a déposé une demande de requalification des poursuites devant les magistrats instructeurs le 17 octobre. La chambre de l’instruction a un délai d’un mois pour statuer.

Nordahl Lelandais est mis en examen pour le meurtre de Maëlys De Araujo, en août 2017, ainsi que pour l’assassinat du caporal Arthur Noyer, en avril de la même année. Il est aussi mis en examen pour des agressions sexuelles sur plusieurs de ses petites cousines. Une enquête pour « mise en danger de la vie d’autrui » est en outre en cours à la suite de la plainte d’une ex-compagne, qui l’accuse de l’avoir agresée à la mi-juillet 2017.

Lire aussi Nordahl Lelandais : une quarantaine d’enquêtes rouvertes
Advertisements
Spread the love

Leave a Reply