La Gen Z, génération freelance ? Les jeunes professionnels aspirent à plus d’indépendance

La Gen Z, génération freelance ? Les jeunes professionnels aspirent à plus d’indépendance

Image : Taiyou Nomachi/DigitalVision/Getty Images.

A chaque génération son marqueur dans le monde du travail. Les professionnels de chaque époque sont très différents dans leurs objectifs de carrière et sur la manière dont ils se préparent à affronter les périodes difficiles.

Pour les jeunes professionnels, en 2023, cela se traduit par la volonté de travailler en toute indépendance : 64 % des américains de moins de 35 ans par exemple travailleraient déjà en freelance ou prévoiraient de le faire.

Selon une enquête sur les emplois non conventionnels réalisée par Collective, ces membres de la génération Z et ces jeunes Millennials sont deux fois plus susceptibles de travailler en freelance que les adultes de plus de 35 ans. Seuls 31 % des adultes de plus de 35 ans travaillent en freelance ou prévoient de le faire à un moment donné de leur carrière.

publicité

Des rêves d’indépendance et d’épanouissement personnel

Si l’on regarde comment l’économie des créateurs s’est développée ces vingt dernières années, pendant que la génération Z et de nombreux jeunes Millennials grandissaient, ce résultat n’est pas si surprenant.

D’après mon expérience, discuter de parcours professionnels avec la jeune génération de travailleurs et d’étudiants fait naître des rêves de travail indépendant et d’épanouissement professionnel. Les jeunes professionnels n’ont pas les mêmes modèles que nos parents.

Pour la génération Z et les jeunes Millennials, « réussir sa carrière » consiste à ne pas avoir à travailler plus de 40 heures par semaine en gagnant suffisamment d’argent pour maintenir un certain style de vie.

Une génération mieux préparée

Outre des aspirations professionnelles différentes de leurs aînés, la génération Z et les jeunes Millennials sont également mieux préparés à relever les plus grands défis de leur carrière. 59 % ont déjà un plan de secours en cas de licenciement, contre seulement 30 % des plus âgés.

« Les jeunes professionnels ont un plan de secours parce qu’ils peuvent : l’IA et les plateformes en ligne entraînent un boom de l’entrepreneuriat et permettent à un travailleur indépendant d’accomplir plus de choses que jamais, tout en améliorant son équilibre entre vie professionnelle et vie privée ainsi que sa santé mentale », explique Hooman Radfar, PDG et cofondateur de Collective. « Ils n’ont plus à compter sur les entreprises pour leur assurer une sécurité s’ils ne le souhaitent pas – la prochaine génération peut compter sur elle-même. »

Comparés aux plus de 35 ans, les jeunes adultes sont également plus susceptibles d’épargner en cas de licenciement et de transformer leur hobby ou activité secondaire en carrière.

Et selon Collective, 88 % des freelances déclarent avoir constaté une amélioration de leur santé mentale depuis qu’ils ont quitté leur emploi salarié à plein temps.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *