La France tente de renouer avec les trains de nuit, qui avaient presque disparu – Le Figaro

Spread the love

Le gouvernement donne un coup de pouce aux trains de nuit. «Nous relançons les trains de nuit en renouvelant le matériel pour 100 millions d’euros. Le train Paris-Nice sera rouvert, puis le train Paris-Tarbes-Hendaye. Avec le Paris-Briançon et le Paris-Rodez encore en circulation, il y aura quatre trains de nuit d’ici à 2022», expliquait jeudi le ministre délégué aux transports, Jean-Baptiste Djebbari, dans Le Parisien .

Cette annonce, désormais officielle, n’est pas une réelle surprise. Dès le mois de juillet, le ministre expliquait dans une interview au Figaro : «Quand j’étais jeune, j’ai pris des trains de nuit. À l’époque, il y avait beaucoup de lignes. Maintenant, il n’en reste que deux alors qu’il y a une demande. Notre ambition est de relancer d’ici 2022 deux trains de nuit supplémentaires avec, pourquoi pas, un Paris-Nice pour commencer.» Emmanuel Macron avait lui-même déclaré le 14 juillet dernier : «On va redévelopper les trains de nuit. Parce que ça permet de faire des économies et ça permet de réduire nos émissions de CO2».

Objectif : décembre 2021

Invité ce vendredi matin sur RMC/BFMTV, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a donné davantage de précisions sur ces réouvertures. «On va démarrer par le Paris-Nice qui est une ligne intéressante pour ouvrir un train de nuit», a-t-il dit. Avant de prévenir : «ensuite il faut garantir qu’il y ait un minimum d’équilibre économique dans ces trains de nuit».

De son côté, le PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, était l’invité de RTL. «On a décidé de relancer deux trains de nuit», a-t-il confirmé, évoquant l’objectif d’un démarrage en décembre 2021. «Ce sera de nouveaux trains avec de nouvelles couchettes. On est en pourparlers avec les chemins de fer autrichiens pour leur racheter ou leur louer du matériel. Il y a un attrait chez les jeunes, ils ont envie de prendre le train», a précisé Jean-Pierre Farandou.

Pour rappel, comme l’expliquait fin juillet une enquête de France Info, 550 gares françaises étaient desservies par un train de nuit en 1981. S’en est suivi un déclin qui s’est accéléré dans les années 2000. Comme le rappelaient nos confrères, une note interne de la SNCF datée de 2015 préconisait même «un arrêt organisé de cette offre» à cause de la faiblesse de la demande. Actuellement, il ne reste plus que deux lignes en service (Paris-Briançon et Paris-Rodez). Auxquelles viendront donc s’ajouter les lignes Paris-Nice et Paris-Tarbes-Hendaye.

D’autres ouvertures de lignes auront-elles lieu dans les prochains mois ? Difficile à dire pour l’heure. C’est en tout cas le souhait du collectif «Oui au train de nuit !» Ce collectif propose la création de 15 lignes nationales et de 15 lignes intra-européennes, d’ici 2030, afin de permettre à 10 millions de passagers par an d’emprunter le train de nuit plutôt que l’avion ou la route. Une pétition «Oui au train de nuit !», en ligne sur le site change.org, compte à ce jour près de 200.000 signataires.

À VOIR AUSSI – SNCF: faut-il réouvrir les petites lignes?

Leave a Reply