La demande d’innovation informatique revêt une nouvelle urgence en 2021

Spread the love
La demande d'innovation informatique revêt une nouvelle urgence en 2021

Selon le rapport pour 2021 de MuleSoft Connectivity Benchmark, la nécessité d’innover en matière d’informatique revêt une nouvelle urgence dans un monde post-pandémique. MuleSoft, en collaboration avec Vanson Bourne et Deloitte Digital, a produit ces résultats à partir d’entretiens avec 800 responsables informatiques du monde entier. Tous les répondants travaillent dans une entreprise du secteur public ou privé comptant au moins 1 000 employés.

Le résumé exécutif du rapport de référence sur la connectivité 2021 couvre cinq domaines d’intérêt distincts pour l’informatique et les DSI :

  • La nécessité d’innover dans le domaine de l’informatique revêt une nouvelle urgence dans le monde post-pandémique. La pandémie a créé un point de basculement pour l’informatique. Les exigences des entreprises à l’égard de l’informatique se sont accrues, le télétravail ayant remplacé les habitudes de travail au bureau, et la majorité des équipes informatiques n’ont pas réussi à tenir tous leurs engagements en matière de projets. Aujourd’hui, l’informatique subit une pression énorme pour se transformer afin d’aller plus vite. Seulement 37 % des organisations affirment que l’informatique a mené à bien tous les projets qui lui ont été confiés l’année dernière.
  • L’importance de l’intégration continue d’augmenter, mais les défis persistent. Alors que la transformation numérique s’accélère, l’intégration est apparue comme le facteur critique pour déterminer la vitesse de réussite de la transformation numérique dans tous les secteurs. Cependant, les défis liés à l’intégration ralentissent toujours ces initiatives. Les organisations continuent de consacrer beaucoup de temps et d’argent à l’informatique pour des intégrations personnalisées.
  • Les silos de données et l’infrastructure informatique existante compliquent l’intégration. Les silos de données et l’infrastructure informatique existante, y compris les intégrations point à point, empêchent les organisations de devenir plus agiles. Mais celles qui parviennent à se transformer constatent une augmentation de l’engagement des clients et de l’innovation, ainsi qu’une amélioration de la vitesse d’exécution des projets. Seulement 18 % des organisations disent pouvoir intégrer les expériences des utilisateurs finaux.
  • Les organisations adoptent les API pour de nouveaux projets d’intégration. La grande majorité des organisations utilisent les API, et beaucoup en tirent des revenus importants. Cependant, la réutilisation des API est restée stable au cours des 12 derniers mois, ce qui représente toujours un énorme potentiel pour la plupart des entreprises. En moyenne, les entreprises génèrent 27 % de leurs revenus à partir des API et des implémentations associées.
  • L’informatique doit répondre aux demandes d’intégration croissantes des équipes commerciales. De plus en plus d’entreprises déploient des outils en libre-service pour permettre à leurs équipes commerciales d’intégrer des applications et des sources de données. Les data scientists et les projets axés sur le big data et l’analytique constituent un axe important pour l’année à venir. Quelques 36 % des entreprises ont une approche mature de l’intégration par API pour les utilisateurs professionnels non techniques et 44 % sont en train de développer une stratégie.
publicité

Pression accrue sur l’IT

Une précédente étude de Salesforce a mis en évidence les huit tendances de la transformation numérique en 2021, soulignant fortement la nécessité pour les organisations d’adopter une culture numérique d’abord. Les organisations sont soumises à une pression accrue pour numériser les services rapidement et à grande échelle afin de répondre aux demandes croissantes des clients, de développer l’innovation et de créer de nouveaux canaux de revenus.

Le rapport de référence sur la connectivité s’étend davantage sur la pression et la demande croissantes sur l’informatique. Le rapport sur la connectivité révèle que seulement 37 % des équipes informatiques ont été en mesure de mener à bien tous les projets qui leur ont été confiés en 2020, et qu’on leur demande de réaliser 30 % de projets supplémentaires en 2021. La démocratisation de l’innovation est une autre tendance pour 2021. Les utilisateurs de la ligne d’affaires essaient de développer plus rapidement des expériences numériques pour les clients. L’informatique doit conduire un changement culturel en donnant aux entreprises les moyens de se servir elles-mêmes et de fournir des solutions plus rapidement. Pour ce faire, les services informatiques doivent développer des stratégies d’intégration et s’attaquer délibérément aux obstacles liés à l’infrastructure existante.

Voici un aperçu plus approfondi des deux premières parties du résumé : la demande croissante d’innovation informatique et l’importance de l’intégration de l’innovation à grande échelle et de la transformation numérique de l’entreprise.

Le nombre de projets augmente de 30 % en moyenne

Le rapport identifie les tendances clés qui parlent du travail à partir de n’importe où, de la pression pour innover et du volume accru de projets. Voici trois tendances clés en matière d’informatique :

  • Les conséquences du télétravail. L’année dernière, les entreprises ont compté sur l’informatique pour soutenir un passage rapide au télétravail. Les exigences opérationnelles quotidiennes ont toujours occupé une grande partie du temps de l’informatique, mais l’impact de la crise semble l’avoir accentué.
  • Un retard quasi-systématique s’accumule. Les équipes informatiques prennent du retard dans la réalisation de tous les projets qui leur sont demandés. Seuls 37 % des équipes informatiques ont été en mesure de mener à bien tous les projets qui leur ont été soumis, contre 41 % l’année précédente. Il s’agit d’un indicateur clair que les modèles d’exploitation informatiques actuels sont soumis à de fortes pressions.
  • La demande augmente, mais le budget ne suit pas. On demande aux équipes informatiques de mener à bien 30 % de projets supplémentaires cette année, alors que leurs budgets ne devraient augmenter que d’un peu moins de 6 %. Cette tendance constante a perpétué le déficit de livraison de l’informatique à un moment où la survie des organisations dépend de l’informatique et contribue à creuser le fossé de la prestation informatique pour de nombreuses entreprises.


Croissance du nombre de projets que l’on demande à l’informatique de réaliser (MuleSoft 2021).

  • Les enjeux du quotidien dominent toujours l’informatique. Même si les organisations ont demandé à l’informatique de faire bien plus que « garder les lumières allumées », l’équipe informatique a passé en moyenne 68 % de son temps à gérer les activités commerciales quotidiennes. Ce chiffre reste pratiquement inchangé par rapport à l’année précédente (69 %) et indique la nécessité d’augmenter la bande passante informatique pour les projets axés sur la croissance et l’innovation.

L’importance de l’intégration continue de croître, mais les défis persistent

Voici trois tendances clés du rapport concernant l’importance de l’intégration et les défis en cours :

  • Au cours de l’année écoulée, la transformation numérique s’est accélérée dans tous les secteurs. Un plus grand nombre de répondants (77 %) affirme que l’échec de la transformation aura un impact sur les revenus. Les défis d’intégration continuent d’être un obstacle majeur aux initiatives de transformation numérique.
  • Les équipes informatiques consacrent plus d’un tiers de leur temps à des projets d’intégration. La pandémie a mis la pression sur les organisations pour améliorer la connectivité entre les systèmes, les applications et les données. Cependant, cela n’est pas bon marché : l’entreprise moyenne dépense 3,5 millions de dollars par an en coûts de main-d’œuvre informatique liés à l’intégration.
  • Des stratégie d’intégration et d’API dans les tuyaux. Les entreprises sont plus nombreuses que l’année dernière (69 %) à adopter une approche descendante pour développer une stratégie d’intégration et d’API. Pourtant, dans la plupart des entreprises, moins d’un tiers (29 %) des applications sont actuellement intégrées. Cela n’est pas sans importance : une entreprise moyenne gère plus de 800 applications, chacune ayant une durée de vie d’environ quatre ans.

La transformation numérique est essentielle pour les revenus futurs. L’année dernière, il est devenu encore plus important de stimuler la croissance et de rationaliser les opérations grâce à la transformation numérique. Quelques 77 % des personnes interrogées déclarent que l’échec des projets de transformation numérique aura un impact sur leurs revenus au cours de l’année à venir, contre 74 % en 2020. Ce constat est particulièrement clair dans le secteur des services financiers, qui a vu les consommateurs se tourner considérablement vers les services en ligne et mobiles au cours des 12 derniers mois. Ici, 89 % affirment que les revenus seront affectés négativement.

Pour l’informatique, les défis d’intégration persistent. Malheureusement, les problèmes d’intégration continuent de ralentir les initiatives de transformation numérique pour la grande majorité (87 %) des organisations. Ce problème s’est aggravé au cours des dernières années. L’intégration prend également du temps. Dans le monde actuel centré sur le numérique, les organisations doivent connecter leurs systèmes, applications et données. Les équipes informatiques passent donc plus d’un tiers (36 %) de leur temps à concevoir, construire et tester des intégrations personnalisées.

Les avantages de l’intégration en termes de coûts et de temps signifient que la stratégie d’intégration est menée depuis le sommet. Selon le rapport, l’intégration est une chose que les organisations savent qu’elles doivent réussir. Elles sont plus nombreuses (69 %) à adopter une approche descendante pour développer une stratégie d’intégration et d’API. Le véritable défi est que les entreprises ont des centaines d’applications à gérer. Il est essentiel de disposer d’une stratégie d’intégration claire, surtout lorsque l’entreprise moyenne gère 843 applications individuelles (ce chiffre passe à 901 dans les services financiers). Le rapport révèle que seulement 29 % des applications sont intégrées en moyenne, soit une légère augmentation par rapport à 2020 (28 %). La durée de vie moyenne d’une application n’étant que de quatre ans, les entreprises doivent cesser d’être hiérarchiques et câblées pour devenir flexibles et ouvertes au changement.

Les silos de données et l’infrastructure existante compliquent l’intégration de nouvelles technologies

Pour compléter ces grandes tendances, le rapport donne à voir encore d’autres éléments clés :

  • Silos de données. Les silos de données (90 %) et l’infrastructure informatique existante (60 %) compliquent l’intégration des nouvelles technologies et les modifications des systèmes et applications informatiques.
  • Expérience de l’utilisateur sur plusieurs canaux. Seules 18 % des organisations ont intégré l’expérience de l’utilisateur final sur tous les canaux. Celles qui le font constatent une augmentation de l’engagement des clients (53 %), de la transformation des activités (53 %) et de l’innovation (50 %).
  • Des défis qui nuisent à l’expérience client. Plus de la moitié (59 %) des utilisateurs professionnels pensent que l’incapacité de leur entreprise à connecter les systèmes, les applications et les données nuira à l’expérience client.
  • Infrastructure existante. 60 % des organisations affirment qu’il est difficile d’intégrer de nouvelles technologies en raison de l’infrastructure informatique existante. Ce chiffre est encore plus élevé dans le secteur des soins de santé (70 %) et des assurances (68 %).
  • Le plus grand défi de la transformation numérique. L’infrastructure informatique existante entrave de nombreuses initiatives numériques, et 34 % des organisations affirment que l’infrastructure et les systèmes informatiques existants sont les principaux défis de la transformation numérique.
  • Adoption des API. La grande majorité (96 %) des organisations utilisent des API. La plupart utilisent les API pour réaliser des intégrations et livrer de nouveaux projets.
  • Vitesse d’accès à la valeur via les API. La rapidité et l’efficacité sont essentielles dans le processus de développement des applications. De plus en plus d’entreprises se tournent vers DevOps (47 %) et tirent parti des API (46 %) pour améliorer le processus.
  • Bénéfices commerciaux des API. Les organisations qui exploitent les API constatent une augmentation de la productivité (59 %), du libre-service (48 %) et de l’innovation (46 %). Les avantages commerciaux comprennent également une diminution des coûts opérationnels, un engagement accru des employés et une croissance des revenus (28 %). En moyenne, les entreprises qui utilisent les API génèrent plus d’un quart (27 %) de leurs revenus à partir de ces API et des implémentations associées.

Selon les conclusions du rapport, afin de permettre à l’IT de satisfaire les demandes d’intégration croissantes de l’entreprise, l’informatique doit permettre à davantage d’utilisateurs non techniques d’avoir besoin d’une assistance en matière d’intégration. Le rapport suggère également que les données sont un élément clé de l’intégration. Parmi les rôles ayant les plus grands besoins d’intégration, les spécialistes des données arrivent en tête (47 % contre 38 % l’année dernière). Les données sont au cœur des plans d’investissement. Après les projets de cloud (57 %) et de sécurité (53 %), les priorités d’investissement des entreprises en 2021 sont l’analyse des données (45 %) et l’intégration du big data (43 %). Cela souligne encore la façon dont les utilisateurs et les initiatives commerciales axées sur les données sont des candidats de choix pour le soutien à l’intégration.

Principaux investissements technologiques des entreprises en 2021 (MuleSoft 2021)

Quelles sont les recommandations à retenir pour les responsables informatiques ?

Elles sont de l’ordre de trois :

1. Promouvoir l’intégration partout avec des outils faciles à utiliser.

2. Gérer et surveiller les projets d’API.

3. Se concentrer sur les API réutilisables pour stimuler les revenus et l’innovation.

Pour en savoir plus, le rapport est consultable ici.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply