La conversion augmente sur mobile, mais n’égale pas le desktop

Spread the love

Aujourd’hui, le mobile domine la navigation et la recherche sur la Toile. C’est autre chose lorsqu’il s’agit des clics publicitaires et surtout des conversions depuis des annonces. Selon AccuraCast, les conversions réalisées sur mobiles ont moins de valeur que celles faites sur desktop. 

Bien que les conversions sur mobiles soient passées de 39% à 49% en un an, la majorité des conversions sur Internet se font toujours depuis un ordinateur. Pourquoi ? Il semblerait qu’encore aujourd’hui les consommateurs consultent depuis leur smartphone et passent ensuite à la caisse sur ordinateur. L’achat sur mobile est donc loin d’être automatique et les conversions sur desktop sont, selon l’étude, 93% supérieures aux conversions sur mobile. 

Dans l’ensemble, les paniers d’achats sont eux aussi plus importants sur ordinateur. Finalement, le fait de se renseigner sur mobile et de commander une fois à la maison est toujours d’actualité. En analysant une année de données publicitaires, on constate que le nombre de clics sur des annonces publicitaires a augmenté sur les deux supports. Mais, en se concentrant sur l’aspect purement e-commerce, l’étude ne semble pas tenir compte des conversions hors connexion qui ont été influencées par des annonces vues sur mobile. 

L’expérience client

L’UX est un facteur très important dans la conversion. Or, l’expérience client semble parfois plus complexe sur mobile ; d’où le nombre plus faible de conversions. L’étude apporte d’ailleurs trois explications au faible succès sur mobile :

  • les applications et les sites mobiles de mauvaise qualité qui génèrent du trafic, mais aucun achat,
  • les pages de destinations peu performantes qui ne génèrent pas de conversions,
  • les clics accidentels sur des annonces mobiles aux formats mal adaptés. 


Bref, il y a donc encore du chemin à parcourir pour que les acteurs du marché mobile corrigent ce qui leur fait défaut aujourd’hui. Mais, il s’agit là de détails qui peuvent être rapidement réglés. Sans oublier les jeunes générations qui n’auront pas forcément le même réflex que leurs ainés plus friands du desktop. Affaire à suivre… ! 

Leave a Reply