La Biélorussie déroute un avion transportant un opposant, Paris dénonce un acte « inacceptable » – 20 Minutes

Un avion Ryanair (illustration) — Geoff Robinson//SIPA

La Biélorussie a envoyé dimanche un chasseur intercepter un avion de ligne à bord duquel se trouvait un militant de l’opposition qui, selon cette dernière, a été interpellé à son arrivée à Minsk par les services de sécurité du régime. L’avion de Ryanair a redécollé de Minsk à destination de la Lituanie vers 19h15, a annoncé sur Twitter la commissaire européenne en charge des Transports, Adina Valean.

Le média d’opposition Nexta a affirmé que son ancien rédacteur en chef Roman Protassevitch avait été arrêté après l’atterrissage d’urgence à l’aéroport de la capitale du Bélarus de cet appareil, un Boeing 737 de la compagnie Ryanair en provenance d’Athènes et avec pour destination Vilnius en Lituanie.

« Alerte à la bombe »

Le ministère biélorusse de l’Intérieur a confirmé dans un premier temps cette interpellation sur Telegram, avant de supprimer ce message, a constaté une journaliste de l’AFP.

Selon les autorités, l’avion a dévié de sa trajectoire à cause d’une « alerte à la bombe ». Nexta a affirmé que l’atterrissage d’urgence avait été suscité par une « bagarre » déclenchée par des agents des services de sécurité bélarusses, présents à bord et qui affirmaient qu’un engin explosif se trouvait dans l’appareil.

L’avion de ligne de Ryanair « a redécollé à l’instant de Minsk » à destination de la Lituanie, a annoncé sur Twitter la commissaire européenne en charge des Transports, Adina Valean, vers 17h15 GMT (19h15 heure française).

« Inacceptable »

La France a dénoncé ce « détournement » et réclamé une « réponse ferme et unie » des 27 Etats membres de l’UE. « Le détournement par les autorités biélorusses d’un vol de@Ryanair est inacceptable. Une réponse ferme et unie des Européens est indispensable », a déclaré le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian sur Twitter.

L’Allemagne a réclamé une « explication immédiate » au Bélarus. « Cette action extravagante de Loukachenko aura de graves conséquences », a tweeté ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab. Le secrétaire général de l’Otan a dénoncé dimanche « un incident sérieux et dangereux » et réclamé « une enquête internationale ».

Les dirigeants de l’UE ont appelé de concert le Bélarus à laisser repartir l’avion de Ryanair dérouté. Dans des messages distincts, le chef de la diplomatie de l’UE Josep Borrell, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le président du Conseil européen Charles Michel ont tous trois appelé Minsk à permettre à «tous les passagers» de poursuivre leur voyage. «Il faudra assumer toutes les conséquences de violations des règles internationales du transport aérien», a prévenu Mme von der Leyen, tandis que Charles Michel a réclamé une enquête de l’OACI (Organisation de l’aviation civile internationale).

 

134 partages

Leave a Reply