Juliette Gréco et Miles Davis, un amour “brûlant” mais “fugitif” à cause du racisme – Le HuffPost

Spread the love
Photo by Andre SAS/Gamma-Rapho via Getty Images
Juliette Greco et Miles Davis, un amour impossible empêché par le racisme, ici en photo au club Saint Germain à Paris en 1958.

JULIETTE GRECO – “Passion, combat, amour et rigolade intense”, disait pour résumer sa vie Juliette Gréco, icône de la chanson française morte ce mercredi 23 septembre à l’âge de 93 ans. Et lorsqu’on parle de ses amours, impossible de ne pas revenir sur son histoire avec le jazzman afro-américain Miles Davis qui a, 70 ans plus tard, encore une résonance très actuelle.

Leur rencontre remonte au printemps 1949. Juliette Gréco n’a que 22 ans et se produit sur la scène du cabaret “Le Bœuf sur le toit”, où elle chante des textes de Boris Vian, Jean-Paul Sartre, Jacques Prévert… Miles Davis, 23 ans, est de passage à Paris pour se produire au festival de jazz international, à la salle Pleyel. Et c’est Michèle Vian, l’épouse de Boris Vian, qui les présente l’un à l’autre.

“Dans sa musique, j’entendais la liberté”

“Il y avait la beauté de l’homme. L’extrême beauté et le génie. La force et l’étrangeté, la différence et la modernité de ce qu’il jouait, de ce qu’il était. J’étais bouleversée par cette rencontre. Ce profil de dieu égyptien (…) J’avais 20 ans, je sortais de la guerre, et dans sa musique, j’entendais la liberté”,  confiait Juliette Gréco au magazine Point de vue en 2009.

Le coup de foudre est réciproque. “On s’aimait et on partageait tout. On allait au restau que l’on pouvait payer (…) On était un peu pauvres (…) J’avais la sensation d’être moi, tout bêtement, c’est dans ma mauvaise nature. Je pense qu’il était surpris de ma liberté et de mon absence totale de regard sur la couleur.”

“Il savait que le noir et le blanc n’allaient pas ensemble”

Oui mais voilà, Miles Davis doit repartir aux États-Unis, et il sait que là bas un couple mixte ne passera pas. La ségrégation raciale fait rage dans son pays, et le mariage interracial est encore illégal dans de nombreux États. “Sartre lui a demandé: ‘Pourquoi vous n’épousez pas Gréco?′ Et Miles a répondu: ‘Parce que je l’aime’”, se rappelait l’interprète de “Parlez-moi d’amour” au micro de Nikos Aliagas sur Europe 1 en avril 2015.

“Il savait que le noir et le blanc n’allaient pas ensemble”, poursuit Juliette Gréco. “Il savait que je serai malheureuse et que j’aurais été traitée comme une pute de bas étage en Amérique (…) C’était tellement pur, tellement beau, tellement étrange [notre histoire d’amour]. Nous nous sommes suivis à travers le monde, quand il passait dans un théâtre et qu’il voyait mon nom au programme, il me laissait un mot, de temps en temps il appelait.”

Lors d’un passage à New York pour un concert au milieu des années 1950, Juliette Gréco loge au luxueux hôtel Waldorf Astoria et invite Miles Davis à la rejoindre pour un dîner. Elle vit là un exemple effrayant et brutal du racisme outre-Atlantique, alors que “la France n’était pas du tout raciste à cette époque-là”.

“On nous a servis comme on oserait pas servir le chien d’une femme riche, ni d’une femme pauvre d’ailleurs. On nous a jeté les plats à travers la gueule”, raconte-t-elle sur une émission d’Antenne 2 en 1990. “Les nègres, c’était pas tellement apprécié [des ces hôtels]. C’était ni nègres, ni chiens, ni juifs quasiment (…) Tout ça était totalement répugnant, gerbant et immonde. Et j’en ai conçu une immense douleur.”

Des dizaines d’années plus tard, dans des interviews, des biographies ou sur des plateaux de télévision, Juliette Gréco comme Miles Davis ont très souvent évoqué leur histoire “fugitive”, qu’ils qualifiaient de “diamant, d’un truc pur, brûlant”. “La musique avait été toute ma vie jusqu’à Juliette Gréco (…) Elle m’a appris ce que c’était que d’aimer quelqu’un d’autre que la musique”, écrira aussi le trompettiste.

60 ans après leur coup de foudre, à l’aube des années 1990 et alors que Miles Davis revient à Paris, il lui téléphone encore et vient lui rendre visite dans son appartement de la rue d’Alésia. “On a parlé pendant quelques heures, on a ri et il est reparti. Il est mort très peu de temps après”. Miles Davis est mort le 28 septembre 1991 après des années de maladie. Juliette Gréco, elle, s’en est allée ce mercredi 23 septembre 2020, entourée des siens dans sa tant aimée maison de Ramatuelle dans le Var.

Leave a Reply