“J’en veux pas!”: faute de Pfizer, des Français ne veulent pas de Moderna pour leur dose de rappel – BFMTV

Spread the love

Alors que le gouvernement multiplie les appels pour expliquer que le vaccin Moderna est sûr et au moins aussi efficace que le Pfizer, nombreux sont ceux qui refusent de se faire injecter le premier cité.

“Moderna, j’en veux pas!” Alors que la campagne de rappel se poursuit en France, ce vaccin contre le Covid-19 suscite parfois du rejet de la part du public. Ce qui oblige les autorités à convaincre qu’il est équivalent à celui de Pfizer, seule alternative sur le marché.

Ces deux vaccins ne sont pas exactement destinés au même public. À cause d’un risque accru de myocardite (une inflammation cardiaque) avec le Moderna chez les moins de 30 ans, le Pfizer doit être utilisé en priorité dans cette classe d’âge. Conséquence: quand les deux sont disponibles, les plus de 30 ans reçoivent plutôt du Moderna pour éviter que les doses de Pfizer viennent à manquer.

À l’entrée d’un centre de vaccination de Ploufragan (Côtes-d’Armor), une affichette donne le ton: “Plus de 30 ans, Moderna”. Une quadra prévient dès l’accueil: “Moi, je ne veux pas de Moderna”. “À votre âge, on n’a que ça à disposition”, lui répond courtoisement Nicole, dans sa tenue bleu roi et orange de la Protection civile.

Pfizer=Moderna

Mêmes craintes chez quelques personnes au vaccinodrome de Toulouse. “Ça me stresse. On a changé mon vaccin, je vais avoir du Moderna”, dit, visiblement angoissée, une sexagénaire qui souhaite rester anonyme. Une autre femme d’une quarantaine d’années sort de la file d’attente: “C’est inadmissible. Je vais m’en aller.”

“Mercredi, neuf personnes qui avaient pris rendez-vous sont reparties sans se faire vacciner quand elles ont su qu’elles ne pourraient avoir que du Moderna”, explique Jeanne-Yvonne Falher, responsable du centre de Ploufragan, tout en relativisant puisque son centre fait 900 vaccinations par jour.

Cette semaine, gouvernement et scientifiques sont montés au front pour dissiper ces craintes. “Si je devais résumer, Pfizer = Moderna, avec une seule limite, c’est les moins de 30 ans pour qui on recommande plutôt du Pfizer”, a insisté jeudi sur France 2 le ministre de la Santé, Olivier Véran. “Le Moderna est au moins aussi efficace que le Pfizer, je dis au moins parce que des études montrent qu’il est peut-être même un peu plus efficace”, a-t-il ajouté.

En effet, comme nous l’expliquions sur BFMTV.com, une étude menée sur des vétérans américains et publiée dans le magazine Science montre que cinq mois après la dernière injection, Moderna protège à 58% de l’infection, contre 43,3% pour Pfizer. Unique différence avec les premières injections: seule une demi-dose de Moderna est administrée en rappel. Car si la technologie utilisée est la même (l’ARN messager), ce vaccin est plus concentré que celui de Pfizer.

Éviter la pénurie

Par ailleurs, “la vaccination hétérologue, c’est-à-dire avoir une fois du Pfizer une fois du Moderna ou l’inverse, est considérée comme plus protectrice”, a fait valoir Olivier Véran. Ces efforts de persuasion visent à tenir le rythme de la campagne de rappel: le ministre de la Santé souhaite que 20 millions de Français aient eu le leur d’ici Noël (contre quelque 13 millions actuellement).

“Si on n’utilise que Pfizer, on n’aura pas suffisamment de doses”, a mis en garde Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique qui guide le gouvernement, mercredi au Sénat. “Nous avons plus de 20 millions de doses en stock et nous continuons à (en) réceptionner chaque semaine, ce qui nous permettra d’être en capacité”, a assuré la ministre de l’Industrie Agnès Pannier-Runacher jeudi sur CNews, en promettant “15 millions de doses” en janvier et autant en février.

A.A. avec AFP

Leave a Reply