“Je ne suis pas à l’initiative de ces vidéos” : les révélations d’Alexandra de Taddeo dans l’affaire Griveaux – ladepeche.fr

Spread the love

l’essentiel Placée sous contrôle judiciaire, Alexandre de Taddeo a fait part ce dimanche de nouvelles révélations dans le cadre de l’affaire Griveaux. Celle-ci indique avoir été la simple destinataire des vidéos intimes envoyées par l’ancien porte-parole de l’Élysée. 

Au centre d’une affaire qui a pris des proportions immenses, une jeune femme de 29 ans. Alexandra de Taddeo, qui avait été placée en garde à vue il y a une dizaine de jours, fait aujourd’hui l’objet d’un contrôle judiciaire. En cause : son inculpation supposée dans l’affaire Griveaux. Dans les faits, Piotr Pavlenski, son compagnon, est accusé d’avoir rendu publiques des vidéos à caractère intime que l’ancien candidat à la mairie de Paris, Benjamin Griveaux, aurait échangé avec l’étudiante de 29 ans. Ce dimanche, la jeune femme est revenue sur M6 sur sa relation avec l’homme politique.

  • Le premier contact avec Benjamin Griveaux

Alexandra de Taddeo explique avoir eu son premier contact avec Benjamin Griveaux au milieu du mois d’avril 2018. Tous deux sont alors en contact sur Instagram : “Depuis longtemps je suivais Benjamin Griveaux sur les réseaux sociaux au même titre que d’autres hommes, femmes politiques, ONG organisations internationales, représentants de tout ordre.”  

Alors porte-parole de l’Élysée, ce dernier souhaite ajouter la jeune femme dans ses contacts sur l’application Messenger : “Il m’a ajoutée au milieu du mois d’avril 2018 sur Messenger pour engager la conversation. C’est lui qui a été à l’initiative des premiers échanges.”

A lire aussi : Alexandra de Taddeo, étudiante toulousaine et énigme de l’affaire Griveaux

À l’époque, Alexandra de Taddeo n’est pas en relation avec Piotr Pavlenski. Selon l’étudiante, c’est Benjamin Griveaux qui a entamé la conversation de façon plus directe : “Il m’a contactée à un moment où il se trouvait seul, où sa femme était absente. Ça m’a étonné.” Alexandra de Taddeo explique que les échanges sont alors très amicaux, “des petites blagues” selon l’intéressée.

  • Une première rencontre en mai 2018

“Pendant 2 à 3 semaines, on a beaucoup échangé. Il a proposé à ce que l’on se rencontre”, raconte la jeune femme. Selon la jeune étudiante, cela permettait de concrétiser “quelque chose de virtuel” : “Il ne voulait pas que l’on se voit dans un lieu public vu que c’était un home marié. On s’est donc rencontré chez moi”, affirme Alexandra de Taddeo devant les caméras. L’intéressée décrit “un rendez-vous qui était comme presque tous les rendez-vous” : “Ça manquait de naturel. Ce n’était pas surprenant. C’était un rendez-vous que l’on pourrait qualifier de décevant.”

  • Les premières vidéos intimes

La jeune femme explique que c’est à ce moment-là que Benjamin Griveaux envoie les premières vidéos intimes. “Ces vidéos ne constituent pas l’essentiel de nos conversations”, affirme Alexandra de Taddeo. Selon l’étudiante, c’est Benjamin Griveaux qui les envoie de son propre chef : “Ce n’est pas à ma demande, ce n’est pas de mon initiative, indique la jeune femme. Il les a envoyées… comme ça. […] C’est la première fois qu’un homme m’envoie ce type de vidéos”.

A lire aussi : Sondage : plus d’un jeune sur trois reconnaît avoir déjà envoyé des photos à caractère sexuel

Celle-ci affirme envoyer elmle aussi aussi des vidéos en retour, “moins explicites”. La jeune étudiante se rappelle vaguement du nombre de vidéos qui ont été envoyées par l’ancien porte-parole de l’Élysée. En garde à vue, la compagne de Piotr Pavlenski avait affirmé avoir reçu près de dix vidéos

  • Une conversation et un contenu enregistrés ?

Au début de leur relation, Alexandra de Taddeo explique qu’elle souhaitait que le contenu de son échange avec Benjamin Griveaux n’ait aucune traçabilité : “C’est moi qui ai suggéré cette idée de mettre un minuteur sur nos messages”. 

À ce sujet, l’étudiante parisienne a expliqué aux enquêteurs, lorsqu’elle était en garde à vue, qu’elle avait activé une option sur son téléphone afin d’enregistrer ces images qui devaient normalement s’autodétruire au bout de trente secondes : “Je craignais que notre relation soit connue”, explique-t-elle. “Quand j’ai compris qu’elle s’éternisait, qu’il y avait de plus en plus de messages, que je connaissais davantage le personnage, j’ai pensé qu’il était important pour moi de garder une trace de nos échanges, du fait que ce soit lui qui m’avait sollicitée personnellement. Je savais que si ces conversations étaient révélées, je sais qu’il n’aurait jamais pris ma défense, qu’il n’aurait pas pris ses responsabilités.”

Selon la compagne de Piotr Pavlenski, l’ancien porte-parole du gouvernement n’était pas au courant qu’elle avait conservé des vidéos intimes. 

  • Comment Piotr Pavlenski a-t-il été au courant de l’idylle ?

Alexandra de Taddeo a poursuivi ses échanges avec Benjamin Griveaux jusqu’en janvier 2019. C’est à ce moment-là qu’elle entre en relation avec Piotr Pavlenski. Elle décide alors de couper court avec l’ancien porte-parole de l’Élysée. Elle affirme cependant être restée en bons termes avec ce dernier. 

La campagne pour les élections municipales débute en septembre 2019. C’est à ce moment précis, au détour d’une conversation, que la jeune femme explique à l’artiste russe avoir eu une liaison avec Benjamin Griveaux. 

  • Comment l’artiste russe a eu accès aux vidéos ?

Selon l’intéressée, les vidéos intimes envoyées par Benjamin Griveaux se trouvaient sur son ordinateur portable personnel : “Je ne sais pas comment il a appris l’existence de ces vidéos, affirme la jeune femme. J’en avais même oublié leur existence sur mon ordinateur “. Alexandra de Taddeo a affirmé en garde à vue que Piotr Pavlenski avait eu accès à son ordinateur portable et lui avait subtilisé ces vidéos.

Face aux caméras de M6, elle indique ne pas avoir été informée de ses agissements : “C’est un compagnon qui sait garder le mystère de ces actions. J’ai eu connaissance de ses actions après la diffusion des vidéos”. Son compagnon lui montre le site Pornopolitique, qu’il a créé en novembre 2019. “J’ai été en colère. J’ai vu que c’était mes vidéos. J’ai lu l’article, puis c’est là que j’ai compris la démarche. J’ai dit à Piotr que j’allais le soutenir.”

  • Le retentissement de l’affaire

Alexandra de Taddeo affirme alors avoir été surprise par l’ampleur qu’ont pris les événements : “Je ne pensais que le projet serait si populaire, qu’il conduirait à la démission d’un candidat, que j’allais aller en garde à vue. Je trouve ça encore assez surprenant.”  Selon la jeune femme, “ça ne reste qu’une histoire de photos, de pornographie. Ce qu’il y a eu autour de cette affaire est disproportionné.” Quant à l’abandon de Benjamin Griveaux aux municipales de Paris : “Il y a la chute d’une personne, c’est vrai, mais c’est lui qui a choisi.”

A lire aussi : “Julia a été impériale, un vrai roc” : découvrez la réaction de l’épouse de Benjamin Griveaux après la diffusion de la sextape

Aujourd’hui, Alexandra de Taddeo, explique ne pas avoir la possibilité de parler avec son compagnon, Piotr Pavlenski. 

Leave a Reply