“Je n’ai aucun lien avec ces gens-là”: après sa garde à vue, la maire de Canteleu nie tout lien avec le… – BFMTV

Spread the love

Mélanie Boulanger, la maire de Canteleu, a été placée en garde à vue vendredi dans le cadre d’une enquête sur un vaste trafic de stupéfiants. Remise en liberté samedi, elle a tenu à défendre sa probité.

Mélanie Boulanger vient “de vivre le pire moment de sa [ma] vie”. La maire socialiste de Canteleu, près de Rouen, a été placée vendredi en garde à vue dans le cadre d’une vaste enquête sur un trafic de stupéfiants dirigée par un juge d’instruction de Bobigny. Au cours des auditions, l’élue a été interrogée sur ses liens supposés avec des trafiquants de grande envergure qui vivent à Canteleu, a-t-elle fait savoir lors d’une prise de parole ce lundi.

“Je n’ai aucun lien avec ces gens-là”, a-t-elle martelé.

“Je ne comprends pas ce choix de procédure”

Vendredi, un vaste coup de filet a conduit à l’interpellation de 19 personnes dans le cadre d’une enquête sur un trafic gangrenant Rouen et les communes aux alentours, comme Canteleu, le plus gros réseau de deal de la région. Mélanie Boulanger, ainsi que l’un de ses adjoints, ont été interpellés et placés en garde à vue. L’édile a été relâchée samedi soir.

“Je ne comprends pas ce choix de procédure, il n’était pas nécessaire pour établir ma probité, fait savoir l’élue. Je sais que je suis irréprochable.”

La maire socialiste dit lutter “depuis 7 ans” contre les trafics de drogue sur sa ville et réclamer plus de moyens aux différents gouvernements. Installation de caméras de surveillance “vandalisées et remplacées”, augmentation des moyens pour la police municipale, appui auprès des bailleurs pour favoriser les opérations de police, autant de mesures qui lui ont valu, dit-elle, de subir la pression des trafiquants.

“Ils ont essayé de m’impressionner (…), ils m’ont fait valoir que j’aurais des soucis (…), ils ont essayé plusieurs fois d’entrer en contact avec moi par personnes interposées, a-t-elle détaillé. Ils ne m’ont évidemment jamais appelée eux-mêmes, c’est cela que j’ai dû expliquer.” Mélanie Boulanger s’est “réjoui que ces hommes aient été mis hors d’état de nuire”.

“Pas eu de réponse à la hauteur des besoins”

Mélanie Boulanger s’insurge que “le secret de l’instruction a été outrageusement violé”. “Par qui, pour quoi et pourquoi si vite”, s’interroge-t-elle. Pendant une trentaine d’heures, l’élue a également expliqué aux enquêteurs son travail quotidien pour lutter contre les trafics. “J’ai interpellé tous les gouvernements, tous les préfets, toutes les autorités pour demander des moyens supplémentaires, a-t-elle fait valoir. Il n’y a pas eu de réponse à la hauteur des besoins.”

“A travers son maire, c’est Canteleu qu’on salit”, dénonce la maire de la ville.

Sur le même sujet

Défendant son bilan, elle assure avoir réclamé la police de sécurité du quotidien “partie au Havre”. “Nous avons besoin plus qu’ailleurs d’une police accrue, dit-elle, estimant n’avoir jamais été entendu. “Ce n’est pas parce que j’ai manqué de force, c’est parce qu’elle manque de moyen”, assume-t-elle avant de réclamer “un plan Marshall de lutte contre les trafics de drogue”.

Leave a Reply