Advertisements

« J’avais les larmes qui commençaient à monter… » : Fatima E., l’accompagnatrice voilée, témoigne – Ouest-France

Spread the love

Le 11 octobre, lors d’une séance du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, une accompagnatrice scolaire voilée a été priée de quitter la séance par l’élu du RN Julien Odoul. Après un week-end d’emballement médiatique et politique, elle témoigne auprès du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF).

Elle s’appelle Fatima E. et son visage a fait le tour des médias. Le vendredi 11 octobre, elle se rend au Conseil régional de Bourgogne -Franche-Comté en tant qu’accompagnatrice scolaire avec un groupe d’enfants venus de Belfort. Durant la séance, le président du groupe Rassemblement National (RN), Julien Odoul, l’interpelle et lui demande de quitter la séance. L’objet de son mécontentement : elle porte un voile. Fatima. E quitte la séance, sous les yeux de son fils.

L’échange est filmé puis diffusé sur le compte Twitter de l’homme politique. La vidéo est reprise de façon exponentielle et la question du voile s’invite dans le débat politique.

 

« Je pensais que personne ne pouvait nous voir »

La femme, qui souhaite « prendre du recul » et « préserver son anonymat », a livré son ressenti au site du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF).

Elle retrace la soirée : « On était dans un coin ; je pensais même que personne ne pouvait nous voir. Et là j’entends quelqu’un dire “Au nom de la laïcité”, puis j’entends des personnes qui commencent à crier, s’énerver. La seule chose que j’ai vue, c’était la détresse des enfants. » Elle continue : « Il ne fallait pas que je cède : si moi je panique, les enfants auraient été encore plus traumatisés. Donc j’ai essayé de les rassurer, en leur disant que les élus n’étaient pas d’accord. […] J’étais là sans être là, j’étais concentrée sur les enfants. J’avais les larmes qui commençaient à monter. »

Alors qu’elle compte rester sans tenir compte des remarques des élus RN, Fatima E. prend la décision de quitter le conseil régional : « […] Quand j’ai vu mon fils en train de craquer, je leur ai dit que je ne pourrai plus rester. J’avais aussi besoin de me retrouver toute seule. Je tremblais de la tête aux pieds et je me sentais en train de tomber. Je ne voulais pas craquer devant les enfants, donc je suis sortie. »

« J’ai peur de tout »

Comment se sent-elle depuis l’esclandre surmédiatisée ? « Fatiguée, j’ai peur de tout. » Elle confie s’inquiéter pour son fils : « Je veux qu’il passe à autre chose. »

Fatima E. annonce ne pas avoir l’intention « de se laisser faire » : « J’ai senti un rejet que je n’avais pas senti avant. Et cela va avoir des conséquences. » Quant à la suite politique de cette affaire, elle commente : « Aujourd’hui, j’ai une opinion négative de ce qu’on appelle la République. Et je trouve que le ministre de l’Éducation a dit quelque chose de honteux, lorsqu’il a parlé du voile. »

Partager cet article Fatima E. a été exclue du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté le 11 octobre dernier (Photo d'illustration)

« J’avais les larmes qui commençaient à monter… » : Fatima E., l’accompagnatrice voilée, témoigneOuest-France.fr

Advertisements

Leave a Reply