Italie : l’impression 3D au secours des ruptures de matériel médical

Spread the love
Italie : l'impression 3D au secours des ruptures de matériel médical

Jeudi dernier, l’hôpital de Chiaria, à Brescia (nord de l’Italie), s’est retrouvé en pénurie de valve, un appareil nécessaire pour maintenir en vie les patients atteints de Covid-19 dans les services de réanimation, a révélé Business Insider Italia. Pour refaire ses stocks, le personnel hospitalier avait contacté le fournisseur de ce produit, incapable de répondre à la demande.

Au fait de la situation, un réseau scientifique s’est alors activé, mené par le physicien Massimo Temporelli qui, par l’intermédiaire du journal local Giornale di Brescia, a diffusé un message à l’attention d’un détenteur d’une imprimante 3D. C’est Cristian Fracassi, un jeune ingénieur propriétaire de la machine et patron d’une entreprise pharmaceutique, qui a répondu à l’appel et qui s’est rendu dès le lendemain à l’hôpital avec ses collaborateurs.

Contactée par le jeune homme providentiel, l’entreprise de fabrication a refusé dans un premier temps d’envoyer les fichiers du dessin 3D dont il avait besoin pour imprimer la pièce, le menaçant de porter plainte pour violation de brevet. Mais face à l’urgence, Cristian Fricassi a pris la décision de mesurer et dessiner lui-même la valve tant convoitée.

publicité

Guerre du profit

En quelques heures seulement, la valve fut achevée. Selon des informations de Metro, l’ingénieur a choisi d’abord d’en produire un lot de 10, avant de passer à 100 autres, et le tout à très bas coût. Mais voilà, 10 000 euros séparent le coût de fabrication classique de l’impression additive, dont le coût de la pièce en 3D est d’environ un euro.

Christian Fracassi assure n’avoir « aucune intention de faire du profit dans cette situation. Nous n’allons pas utiliser les dessins ou le produit au-delà du strict nécessaire dans la situation d’urgence, nous n’allons pas diffuser le dessin », explique-t-il.

Le jeune homme admet par ailleurs que ses versions imprimées en 3D pourraient ne pas être durables ou réutilisables. Si toutefois la nouvelle valve s’avérait pleinement fonctionnelle, son dossier pourrait être diffusé dans le réseau de laboratoires de toute l’Italie, a confirmé Massimo Temporelli à Business Insider Italia.

Et pour la plainte ? « J’ai des avocats qui évaluent la question. Je ne m’en occupe pas personnellement parce que je préfère me consacrer à cela [les conceptions en 3D] », a fait savoir M. Fracassi à l’agence de presse TPI.

Leave a Reply