Posted on
Spread the love
Le Premier ministre Benyamin Netanyahou en meeting dans le centre d’Israël, le 19 décembre 2019 — CHINE NOUVELLE/SIPA

Pour Benyamin Netanyahou, la question n’était pas jeudi de savoir s’il allait remporter la primaire de son parti mais plutôt sur l’ampleur de sa victoire. Des résultats serrés auraient en effet pu fragiliser le Premier ministre israélien. Inculpé depuis plus d’un mois pour corruption, Benyamin Netanyahou peut donc souffler. Un sondage à la sortie des urnes le donne vainqueur avec 71 % des voix, devant le député et ancien ministre Gideon Saar qui en a obtenu 29 %. Il conduira donc le Likoud, le principal parti de droite, aux législatives de mars.

Son rival accepte les résultats

C’est « une immense victoire ! Merci aux membres du Likoud pour leur confiance, leur soutien et leur affection », a lancé Benyamin Netanyahou. Pour sa part, Gideon Saar a concédé sa défaite et félicité le chef du gouvernement. « Je suis satisfait de ma décision de me dresser » contre lui, a-t-il expliqué. « Ceux qui ne veulent pas prendre de risque ne gagneront jamais ». « Félicitations au Premier ministre (…). Mes collègues et moi serons derrière lui lors de la campagne pour assurer la victoire du Likoud aux élections », a-t-il ajouté.

Quelque 57.000 membres du parti ont voté pour cette primaire, réclamée par Gideon Saar après l’inculpation le mois dernier de Benyamin Netanyahou, 70 ans, pour corruption, abus de confiance et fraude dans trois affaires. A la tête du Likoud depuis 1993 – hormis six ans où le parti était dirigé par Ariel Sharon – le Premier ministre a dénoncé de « fausses accusations motivées par des considérations politiques ». Une victoire à la primaire du Likoud était une étape cruciale pour le chef du gouvernement, qui doit rester en fonction au vu de son inculpation : la loi israélienne prévoit que tout ministre poursuivi pénalement doit démissionner, mais cela ne s’applique pas au Premier ministre.

Les troisièmes législatives en moins d’un an

Il a désormais la lourde tâche de mener la campagne du Likoud pour les législatives de mars, les troisièmes en moins d’un an. Au terme des élections anticipées d’avril, puis de septembre, ni lui ni le centriste Benny Gantz, du parti « Bleu-Blanc » n’ont réussi à rallier 61 députés, seuil de la majorité parlementaire pour former un gouvernement. Le président Reuven Rivlin a dû confier cette tâche au Parlement lui-même, qui n’y est pas parvenu non plus, précipitant le pays vers un scrutin de plus.

35 partages
Advertisements

Leave a Reply