iPad 7 vs iPad 6 : écran plus grand et Smart Connector, mais un Touch ID plus ancien – iGeneration

Spread the love

Le nouvel iPad 7 de 10,2 pouces présenté hier ressemble évidemment beaucoup à l’iPad 6 de 9,7 pouces qu’il remplace. Au chapitre des différences, la plus évidente est la taille de l’écran : la dalle de la nouvelle tablette est plus grande et sa définition plus élevée (2 160 x 1 620, au lieu de 2 048 x 1 536), mais la résolution de 264 pixels par pouce — un standard chez Apple — est identique.

L’autre changement important, c’est la présence du Smart Connector de première génération, présent sur la tranche. L’iPad Pro intègre lui aussi ce connecteur propriétaire, mais sa forme est différente et il est placé à l’arrière de la tablette. Ce port confère à l’iPad 7 le support du Smart Keyboard (179 €), le même modèle que pour l’iPad Air d’ailleurs. On peut regretter une fois encore que la sélection d’accessoires compatibles Smart Connector soit si réduite.

L’iPad 7 a un autre point en commun avec l’iPad Air : ses dimensions. Certes, l’écran laminé de la tablette de 10,5 pouces lui permet de réduire son épaisseur à 6,1 mm (contre 7,5 mm pour le nouvel iPad), mais pour le reste, c’est similaire : 250,6 x 174,1 mm.

De son petit frère l’iPad 6, la nouvelle tablette reprend le support de l’Apple Pencil de 1ère génération, la puce A10 Fusion, le connecteur Lightning, le capteur photo de 8 mégapixels (ƒ/2.4) cinq éléments sans flash et la caméra FaceTime HD 1,2 mégapixel à l’avant (il n’y aura pas de miracle à en attendre). Il y a néanmoins quelques petites différences importantes et inattendues.

Le capteur d’empreintes Touch ID intégré au bouton d’accueil est un modèle plus ancien que celui de l’iPad 6 et de l’iPad Air, qui relève de la 2e génération, plus rapide. L’usage d’une tablette étant différent d’un smartphone, où on a besoin de s’authentifier plus souvent, réduit l’inconvénient d’un capteur plus lent, mais cela ressemble à une économie de bout de chandelle.

Autre différence : l’écran de l’iPad 7 n’offre pas le support de l’espace colorimétrique sRVB intégral, alors que c’est le cas de l’iPad 6. En comparaison, l’iPad Air affiche la gamme de couleurs P3. Nul doute que l’affichage sur la nouvelle tablette sera très correct pour un appareil d’entrée de gamme, mais les images ne seront pas aussi saisissantes qu’on l’aurait désiré.

Au niveau de la connectivité, l’iPad 7 ne prend pas en charge les réseaux CDMA qui sont utilisés par certains opérateurs. Par contre, la puce réseau s’améliore : elle supporte le LTE Gigabit 27 bandes. L’iPad 6 se contentait de la LTE 22 bandes pour des débits de 300 Mbit/s. La tablette de 7e génération emporte également une eSIM qui facilite la souscription de forfaits de données. L’iPad 6 inclut une carte Apple SIM.

En fin de compte, l’iPad 7 n’a pas l’air d’un mauvais bougre, et il a tout pour gagner le trophée d’iPad « for the rest of us »… même s’il est vendu un peu plus cher que son prédécesseur dans sa configuration de base : le modèle Wi-Fi 32 Go revient à 389 €, soit 30 € de plus que l’iPad 6 de même capacité. En revanche, la version 32 Go Wi-Fi cellulaire reste à 489 €.

Leave a Reply