Internet : les abonnements très haut débit désormais majoritaires

Spread the love

Internet : les abonnements très haut débit désormais majoritaires

L’adoption du très haut débit continue. Un cap a d’ailleurs été franchi au cours du premier trimestre 2021, à l’issue duquel une majorité des abonnements internet souscrits en France sont désormais très haut débit (THD), c’est-à-dire à un débit maximum descendant supérieur ou égal à 30 Mbit/s.

Selon les derniers chiffres de l’Arcep, 1,1 million d’abonnements THD ont été souscrits au cours du premier trimestre, soit une hausse de 170 % sur un an. Le nombre d’abonnements THD atteint désormais 15,7 millions, et représente 51% du nombre total d’abonnements internet sur le territoire français, soit une hausse de 9 points sur un an. Une tendance qui doit beaucoup au déploiement du THD sur le territoire, alors que 53 % des foyers et locaux commerciaux français sont désormais éligibles à ces technologies.

A ce titre, l’Arcep souligne que c’est encore et toujours la fibre de bout en bout (FttH) qui tient la corde. “Depuis un an, cette progression provient intégralement de celle des abonnements en fibre optique de bout en bout : 3,8 millions d’accès supplémentaires ont été enregistrés en un an”, révèle le gendarme des télécoms, qui souligne que “cette technologie représente près des trois-quarts (73%) du nombre total d’accès à très haut débit et atteint 11,4 millions à la fin du premier trimestre 2021”.

Conséquence de ce succès populaire : le nombre d’abonnement haut débit, généralement de type ADSL, continue à baisser en parallèle. Le nombre de ces abonnements haut débit s’élève en France à 15,1 millions au 31 mars 2021, soit un recul de -2,8 millions en un an contre -1,8 million un an auparavant. Au total, l’Arcep chiffre à 30,8 millions le nombre total d’abonnements à haut et très haut débit à la fin du premier trimestre 2021, ce qui correspond à une hausse de 215 000 abonnements supplémentaires sur le trimestre.

publicité

Prochaine étape : la complétude des réseaux

Le succès du FttH ne devrait pas se démentir au cours des prochains mois, alors que les déploiements continuent à un rythme record. Au cours du premier trimestre 2021, 1,5 million de locaux supplémentaires ont ainsi été rendus raccordables au FttH, soit environ 27% de plus que sur la même période de l’année précédente, relève le gendarme des télécoms.

Les professionnels de la fibre s’attendent d’ailleurs à battre de nouveaux records au cours de cette année 2021 qui devrait être charnière pour l’adoption du THD en France. Après avoir déjà pulvérisé tous leurs précédents scores de déploiements en 2020 malgré la crise sanitaire, le secteur devrait de nouveau franchir un palier en 2021, alors que 6,2 millions de prises devraient être déployées au cours de l’année.

A la différence de l’année passée, c’est sur les réseaux d’initiative publique (RIP) que les professionnels du secteur ont choisi de mettre l’accent en 2021. Ces réseaux, majoritairement situés en zones rurales, devraient ainsi concentrer 60 % des raccordements effectués en 2020. Sur les 6,2 millions de prises attendues en 2021, 3,6 millions seront situées en zones RIP, contre 1,8 million en zones AMII, 0,5 million en zones très denses et 0,4 million en zones AMEL.

Pour 2022, la filière table sur un ralentissement de ce rythme, avec 5,8 millions de prises déployées lors de cet exercice, avec une majorité de prises encore installées en zone RIP. Résultat des courses : si 40,6 millions de logements disposeront de la fibre optique en 2025, un « reste à déployer » de l’ordre de 6,5 millions de prises à installer d’ici à 2025 sera néanmoins encore de la partie pour arriver à la complétude des réseaux.

Leave a Reply