Intelligence artificielle : la Chine serait-elle en passe de dépasser les États-Unis ?

Spread the love

C’est un rapport très riche qui repose sur deux ans de travail. La Commission nationale de sécurité sur l’intelligence artificielle, une instance américaine indépendante créée en 2019, vient de publier son texte long de 756 pages. Présidée par l’ancien PDG de Google Eric Schmidt, cette organisation comprend aussi des personnalités telles qu’Andy Jassy, le futur patron d’Amazon. Ces experts n’hésitent pas à tirer la sonnette d’alarme car selon eux, l’IA représente une « vulnérabilité stratégique » pour leur pays, alors que la Chine investit massivement dans des technologies de pointe.

L’Union européenne veut aussi investir dans l’IA

Le rapport confirme la domination américaine sur le secteur privé ou l’université dans ce domaine. Pour autant, «la Chine est un concurrent qui possède la puissance, le talent et l’ambition nécessaires pour défier le leadership technologique, la supériorité militaire et un positionnement plus large que l’Amérique dans le monde. » Dès lors, si rien n’est fait, il est possible que l’Empire du milieu supplante l’Oncle Sam au cours des dix prochaines années.

Pour éviter ce relatif déclassement, les auteurs suggèrent une augmentation considérable du financement de la recherche sur l’IA et la création d’un « Conseil sur la compétitivité technologique » qui serait chapeauté par la Maison Blanche. Ils préconisent également de miser davantage sur les talents locaux en matière d’IA. En épluchant les données, les analystes ont en effet noté que le nombre de doctorants nés aux États-Unis impliqués dans des projets d’intelligence artificielle stagne depuis maintenant trente ans.

Notons que ce sujet préoccupe l’Union européenne qui tente également de s’affirmer sur le terrain de l’intelligence artificielle. Une étude récente de l’Information Technology and Innovation Fondation (ITIF), un think tank américain qui s’intéresse aux politiques publiques qui stimulent l’innovation technologique, a toutefois laissé apparaître les retards du vieux continent en la matière. L’Europe a d’ailleurs l’intention d’investir au cours des prochaines années, notamment dans les domaines tels que l’agriculture, la médecine, ou encore les voitures autonomes, où les innovations promettent de vrais progrès.

Leave a Reply