Indignation unanime après une caricature de la députée Danièle Obono en esclave par “Valeurs Actuelles” – LCI

Spread the love
Politique

RACISME – Dans son dernier numéro, le magazine Valeurs Actuelles caricature en esclave la députée LFI Danièle Obono. Toute la classe politique, y compris le président de la République et le Premier ministre, apporte ce samedi son soutien à la parlementaire, et dénonce le racisme dont elle est victime.

L’indignation est générale. Et le soutien unanime. Le racisme dont est victime la députée insoumise Danièle Obono suscite des réactions outrées de l’ensemble de l’échiquier politique, à droite comme à gauche, ce samedi. Selon les informations de LCI, le président de la République Emmanuel Macron lui a même téléphoné pour l’assurer de son soutien et a condamné fermement la publication de Valeurs Actuelles

Dans son dernier numéro, le magazine dessine Danièle Obono en esclave, chaînes autour du cou. Pour son roman de l’été, “chaque semaine, un personnage emprunte les ‘couloirs du temps’”, explique l’hebdomadaire. Et cette semaine, le titre en était “Obono l’Africaine”, “où la députée insoumise expérimente la responsabilité des Africains dans les horreurs de l’esclavage”.

“Il paraît ‘Qu’on-Peut-Pu-Rien-Dire’. Heureusement on peut encore écrire de la merde raciste dans un torchon illustrée par les images d’une députée française noire africaine repeinte en esclave…”, a réagi la principale intéressée. Danièle Obono a été immédiatement soutenue par les députés de son parti. Sur LCI, Jean-Luc Mélenchon a déclaré : “On ne peut pas imaginer que qui que ce soit qui ait la dignité républicaine au cœur et l’amour de la patrie républicaine au cœur puisse accepter qu’une parlementaire soit caricaturée en esclave parce que la couleur de sa peau est noire. (…) Aujourd’hui madame Obono, c’est la République”. Il s’est également réjoui que toute la classe politique se “solidarise” pour dénoncer ce racisme. 

Castex condamne une “publication révoltante”

Même le Premier ministre Jean Castex a dénoncé une “publication révoltante” qui “appelle une condamnation sans ambiguïté” et assuré la députée “du soutien de l’ensemble du Gouvernement”. “On est libre d’écrire un roman nauséabond, dans les limites fixées par la loi. On est libre aussi de le détester. Moi je le déteste et suis à vos côtés”, a écrit le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et la ministre chargée de l’égalité femmes-hommes et de la diversité Elisabeth Moreno ont également condamné cette publication.

A gauche, écologistes et socialistes ont également fait part de leur indignation, à l’instar d’Olivier Faure, Benoît Hamon et David Cormand. Le trésorier du Rassemblement national, Wallerand de Saint-Just a lui aussi montré son désaccord avec Valeurs Actuelles, dénonçant sans utiliser le mot racisme “une représentation humiliante et blessante d’une élue de la République”.

Réprouvant vivement un “cortège de haines, comme l’ont déjà expérimenté beaucoup de responsables politiques noirs ou d’origine maghrébine ces dernières années”, l’association SOS Racisme a indiqué dans un communiqué étudier “les suites judiciaires envisageables”.  

Valeurs Actuelles présente ses excuses à la députée

Dans un communiqué publié ce samedi après-midi, Valeurs Actuelles se défend d’avoir écrit un texte “raciste“. “Chacun pourra juger par lui-même de l’opportunité d’une telle fiction, mais personne n’y trouvera une banalisation de l’esclavage ou une quelconque stigmatisation”. “Si nous contestons fermement les accusations dont nos contempteurs nous accablent, nous avons suffisamment de clairvoyance pour comprendre que la principale intéressée, madame Danièle Obono, ait pu se sentir personnellement blessée par cette fiction. Nous le regrettons et lui présentons nos excuses.”

Sur le même sujet

Et aussi

Leave a Reply