Incendies en Algérie : le bilan s’alourdit à 65 morts, Marseille propose son aide – Le Parisien

Spread the love

Le bilan ne cesse de s’alourdir. Dans le nord de l’Algérie, notamment en Kabylie, en proie à de violents incendies, au moins 65 personnes sont mortes dont 28 militaires, selon un nouveau bilan fourni ce mercredi par la télévision nationale algérienne.

« Le bilan des incendies de forêts est passé à 65 morts (28 militaires et 37 civils), pour la plupart dans la wilaya de Tizi-Ouzou », a rapporté la télévision, ajoutant que 12 militaires étaient par ailleurs « hospitalisés dans un état critique ». Les 28 militaires sont décédés mardi en fin de journée alors qu’ils évacuaient des villageois menacés par les flammes dans les montagnes de Bejaïa et Tizi-Ouzou.

Ces incendies, pour lesquels les autorités ont évoqué des pistes « criminelles », touchent plusieurs régions de Kabylie, notamment Tizi-Ouzou, Bouira, Sétif, Khenchela, Guelma, Bejaïa, Bordj Bou Arreridj, Boumerdès, Tiaret, Médéa, Tébessa, Blida et Skikda. Des images impressionnantes, accompagnées d’appels à l’aide, circulent sur les réseaux sociaux, avec des troncs calcinés, du bétail agonisant, asphyxié, et des villages assiégés.

S’exprimant mardi soir sur la télévision d’État, le Premier ministre Ayman Benabderrahmane a affirmé que le gouvernement était en « discussions avancées avec des partenaires (étrangers) pour louer des avions et aider à accélérer le processus d’extinction des incendies ». Ce matin, le maire de Marseille (Bouches-du-Rhône) Benoît Payan a assuré que les marins-pompiers de la ville étaient prêts à « envoyer des moyens et du matériel en Kabylie si l’Algérie nous en fait la demande ».

Ce mercredi, 69 foyers sont encore actifs, dans 17 préfectures, a fait savoir le porte-parole de la protection civile, Nassim Barnaoui. « Seules des mains criminelles peuvent être derrière le déclenchement simultané d’une cinquantaine d’incendies dans plusieurs localités », a déclaré le ministre de l’Intérieur Kamel Beldjoud qui n’a toutefois donné aucune précision. La radio publique algérienne a annoncé mardi l’arrestation de trois « pyromanes » à Médéa. Un quatrième a été arrêté à Annaba, selon l’APS.

La protection civile a fait état d’une centaine de feux dans 16 wilayas. Alors que l’Algérie fait face à une vague de chaleur extrême, prévue pour durer jusqu’au 15 août au moins, des vents propagent les feux et compliquent la tâche des secouristes, selon Youcef Ould Mohamed, un responsable local des forêts cité par l’agence officielle APS.

Début juillet, trois personnes soupçonnées d’être impliquées dans des incendies ayant ravagé 1 500 hectares de forêts dans le massif des Aurès (nord-est du pays) avaient été arrêtées. Pays le plus étendu d’Afrique, l’Algérie ne compte que 4,1 millions d’hectares de forêts, avec un maigre taux de reboisement de 1,76 %. Chaque année les forêts réduisent sous le coup des incendies. L’an dernier, près de 44 000 hectares d’arbres et taillis sont partis en fumée.

Leave a Reply