Incendie de Notre-Dame de Paris, un an après : comment avance le “chantier du siècle” ? – LCI

Spread the love








Incendie de Notre-Dame de Paris, un an après : comment avance le “chantier du siècle” ? | LCI

































Population

TRAVAUX – Un an après l’incendie qui a ravagé sa charpente et fait tomber sa flèche, la cathédrale de Notre-Dame panse toujours ses plaies. Le chantier titanesque, débuté au lendemain du sinistre, est à l’arrêt en raison de la pandémie de coronavirus.

Notre-Dame de Paris est toujours debout. Un an après l’incendie qui a ravagé la cathédrale, le 15 avril 2019, la laissant défigurée, orpheline de la flèche de Eugène Viollet-le-Duc, sans charpente, avec une voûte fragilisée, Notre-Dame reste malgré tout en péril. Selon l’équipe qui veille au chevet du bijou gothique, l’état d'”urgence absolue” ne sera pas levé tant que l’échafaudage brûlé qui trône encore au sommet de la structure n’aura pas été retiré. Mais, période de confinement oblige, en raison de la pandémie de coronavirus, le “chantier du siècle” a été mis en sommeil. Notre-Dame attendra donc.

Les travaux de consolidation-sécurisation ont été suspendus “jusqu’à nouvel ordre”. Du monument, que le président Emmanuel Macron avait promis de rebâtir “d’ici cinq années”, reste l’image immobile d’une immense grue à l’arrêt surplombant l’édifice toujours prisonnier de son échafaudage calciné. En temps normal, une centaine d’ouvriers travaillent de concert sur ce chantier hors norme. Depuis le confinement, seule une équipe de cordistes, appelés “écureuils”, spécialistes des travaux en hauteur, assurent une fois par semaine une visite d’inspection de quatre heures pour avoir en tête l’état des lieux. Des capteurs ont par ailleurs été installés un peu partout sur la structure pour identifier le moindre mouvement éventuel. 

Toute l’info sur

Notre-Dame, un an après

Lire aussi

Le démontage de l’échafaudage retardé

En un an, le chantier de l’Île de la Cité a avancé : des filets de protection ont été installés, les pignons des transepts ont été stabilisés, les arcs-boutants ont été cintrés, les fenêtres ont été renforcées, des robots ont déblayé la nef… Mais il a aussi connu son lot d’imprévus. Les compagnons ont été retardés durant l’été à cause de la contamination au plomb. Puis, à l’automne et à l’hiver, les intempéries ont ralenti le remplacement de la toiture. Mais l’arrivée du printemps devait coïncider avec une étape cruciale : le démontage de l’échafaudage. Outre l’installation de la grue, les équipes ont réalisé un ceinturage avec des poutres métalliques et élevé un échafaudage léger de part et d’autre de l’ancien. Ces préparatifs devaient permettre aux cordistes  de descendre scier un à un une partie des 10.000 tubes métalliques tordus et soudés les uns aux autres par les flammes.

Initialement, cette opération délicate d’une durée quatre mois, portant le nom de code “chantier dans le chantier”, devait débuter le 23 mars dernier. En raison de la crise sanitaire liée au Covid-19, le général Jean-Louis Georgelin, qui préside l’Établissement public de Notre-Dame, l’a interrompue momentanément. L’ancien chef d’État-major des armées a indiqué à l’AFP étudier la possibilité de la faire reprendre partiellement, progressivement et de manière ciblée. Par exemple “pour les cordistes, ces équilibristes au bout de leur cordes, la distanciation sociale (exigée face au coronavirus) est évidente”. 

En vidéo

EXCLUSIF – En immersion au cœur du chantier colossal de la cathédrale Notre-Dame

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>
À ce labeur colossal vont s’ajouter le déblayage des débris au-dessus de l’immense voûte, qui doit en principe s’achever à l’été, et la pose d’un parapluie définitif pour protéger la cathédrale. Un nettoyage complet de l’édifice devrait par la suite être ordonné, tandis que le démontage et le dépoussiérage du grand orgue devrait être effectué tout au long du processus. 

La restauration “devrait commencer en 2021”

La phase de restauration devrait elle “commencer en 2021”, a assuré le général Georgelin. L’architecte en chef Philippe Villeneuve effectue les études de restauration, qui conditionneront les travaux. Une consolidation des voûtes pourrait être nécessaire et il faudra procéder notamment à la dépollution de deux chapelles test. “J’espère que tout cela sera terminé à l’automne”, a affirmé l’ancien militaire, nommé par le président Macron pour orchestrer la reconstruction de Notre-Dame. Les options retenues seront ensuite soumises à la Commission nationale du patrimoine et de l’architecture. 

Sur la question de la forme finale de la cathédrale, et plus précisément celle de la flèche qui a fait débat, l’architecte Philippe Villeneuve plaide pour la fidélité à l’ouvrage de Viollet-le-Duc, dont sont conservés tous les plans. Il estime qu’une reconstruction à l’identique plutôt que de concevoir un “geste architectural contemporain”, comme l’a souhaité Emmanuel 

Macron, permettrait mieux de tenir les délais. Une option semble-t-il privilégiée par une majorité de Français.

En vidéo

EXCLUSIF – Visitez Notre-Dame… en 3D !

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>
Alors que l’enquête judiciaire sur les causes de l’incendie n’en finit pas, une question centrale demeure : Notre-Dame sera-t-elle être restaurée “d’ici cinq années”, comme annoncé par le président de la République dès le lendemain du sinistre ? “Beaucoup de personnes au début ont affirmé qu’en cinq ans, nous ferions n’importe quoi. Ce sont des propos malveillants, il s’agit de conduire les travaux de manière exemplaire sans procrastination”, a défendu le général Georgelin, persuadé qu’on célébrera un “Te Deum”, un hymne de la liturgie catholique, dans la cathédrale le 16 avril 2024. “Supposons que le sommeil dure de l’ordre de deux mois. Sur une durée de 68 mois, on devrait être capable de l’absorber.” À l’occasion des célébrations de Pâques, une cérémonie s’est tenue à huis clos le 10 avril au coeur de l’édifice. Tel un retentissant message d’espoir. 

Sur le même sujet

Et aussi


Leave a Reply