Le chef de l’Etat, qui a mis en garde contre la “défiance”, a été interpellé et sifflé par certains passants dans les rues de la ville.

Plus d’un mois après l’incendie de l’usine Lubrizol, Emmanuel Macron a effectué une visite surprise, pas prévue dans son agenda officiel, à Rouen, mercredi 30 octobre. Le chef de l’Etat a expliqué être venu porter “un message de soutien et de considération” aux rouennais, et saluer l’action des services de l’Etat, qui “ont agi avec compétence, avec beaucoup de sang froid, beaucoup de professionnalisme”, a-t-il jugé.

Après avoir rencontré le maire de Rouen, Yvon Robert, et s’être exprimé devant la presse, le président de la République s’est rendu dans les rues de la ville. Des sifflets et des “Macron, démission” ont fusé lors de ses échanges avec des jeunes en terrasse, qui ont exprimé leur inquiétude. Il a notamment été pris à partie par une femme qui lui a reproché de “fermer les yeux” alors que “le pays est en révolte”. ” S’il y a bien une chose que je ne fais pas, c’est fermer les yeux”, a répliqué Emmanuel Macron.

Sur le fond, il a affirmé comprendre que “quand on vit ce qui a été vécu à Rouen, (…) c’est très déstabilisant et donc ça nourrit forcément de l’inquiétude”. Mais il a mis en garde contre la “défiance”“Il ne faut pas que cette inquiétude qui est tout à fait légitime deviennent de la défiance parce que des fausses informations circulent, parce qu’on se met à dire tout et son contraire”.

Le chef de l’Etat a défendu la communication et le travail des autorités après le sinistre. “De là où je suis, je n’ai pas vu de défaillance, au contraire”, a-t-il assuré. Il s’est aussi justifié de ne pas s’être rendu plus tôt sur place, ce que des passants lui ont reproché : Le rôle du président de la République n’est pas de se précipiter dès qu’il y a quelque chose qui se passe”, a-t-il estimé.

Emmanuel Macron a également promis de “rebâtir l’attractivité, l’image” de la ville, évoquant notamment, au micro de France Bleu, son intention d’y organiser en 2020 un “sommet” avec un de ses homologues étrangers.

Advertisements
Spread the love

Leave a Reply