Un panneau indiquant les usines de la zone industrielle où se trouve Lubrizol. — Quentin TOP/SIPA

Pas de répit pour les arnaqueurs dans la région de Rouen : à la suite de l’incendie de l’usine Lubrizol, il y a maintenant près de deux semaines, certains ont trouvé le moyen de se faire un peu d’argent sur le dos des riverains, révèle ce mercredi franceinfo. Ainsi, des personnes se présentant comme mandatées par la préfecture sont allées frapper aux portes d’habitants et habitantes du secteur pour faire des relevés de qualité de l’air qu’ils leur ont facturés.

La préfecture s’est empressée de rappeler qu’elle n’avait mandaté personne pour effectuer de telles démarches chez des particuliers. Encore moins en les facturant. Du coup, la direction de la répression des fraudes, la DGCCRF, a ouvert une enquête pour « démarchage abusif ».

Quatorze jours de rétractation

Franceinfo précise aussi que tout n’est pas perdu pour les personnes qui se seraient tout de même fait avoir : elles ont quatorze jours pour se rétracter après un prélèvement abusif.

La radio met aussi en garde contre une autre arnaque en vogue dans le secteur de Rouen : le démarchage pour récupérer des morceaux de tôle en fibrociment emportés par l’incendie de l’usine. « Une seule entreprise est mandatée pour collecter ce type de matériau », rappelle franceinfo. En cas de toute, il faut mieux appeler le 0800 009 785 (numéro vert).

115 partages
Advertisements
Spread the love

Leave a Reply