Ille-et-Vilaine : cinq gendarmes et deux participants à une rave-party blessés lors d’une dispersion – Le Figaro

Spread the love

Un jeune homme de 22 ans a eu la main arrachée lors de la tentative d’installation d’un Teknival à Redon. Une enquête a été ouverte sous l’autorité du préfet de Rennes.

La gendarmerie est intervenue pour empêcher une rave party près de Redon en Ille-et-Vilaine dans la nuit de vendredi à samedi. Cinq gendarmes ont été blessés, dont deux ont été hospitalisés, a annoncé le préfet d’Ille-et-Vilaine, Emmanuel Berthier, ce samedi matin. Deux participants ont également été blessés, dont l’un d’eux, âgé de 22 ans, a perdu l’usage de la main.

Le préfet a annoncé qu’une enquête avait été ouverte sous l’autorité du préfet de Rennes. Ce samedi matin, «on ne connaît pas les circonstances dans lesquelles il a été gravement blessé», a précisé sur BFMTV la porte-parole de la Gendarmerie nationale, le lieutenant-colonel Maddy Scheurer.

«Le calme est revenu» après «plus de 7h d’affrontements» et des «heurts d’une extrême violence», mais plusieurs centaines de «fêtards» étaient toujours présents sur place ce samedi matin, commençant à danser. Quelques heures plus tôt, lors du pic des violences avec les forces de l’ordre, ils étaient 1500 selon la préfecture.

Plus tôt dans la matinée de ce samedi, la gendarmerie nationale avait confirmé dans un tweet qu’une opération était «en cours» à la suite de la tentative d’installation d’un Teknival, et indique que «plus de 400 gendarmes» sont engagés «pour faire cesser les troubles». Selon la préfecture, les fêtards ont tenté d’installer la rave party sur l’hippodrome de Redon.

Hommage à Steve Maia Caniço

La rave-party devait rendre hommage à Steve Maia Caniço, jeune homme de 24 ans porté disparu à Nantes dans la nuit du 21 au 22 juin 2019 et dont le corps avait été retrouvé un mois plus tard. Il participait à la Fête de la musique et était présent lors d’une intervention policière près des quais du fleuve.

Selon les autorités, interrogées par l’AFP, «les forces de l’ordre [ont fait] face à des individus très violents et [essuyé] des jets de cocktail molotov, boules de pétanque, morceaux de parpaings», indique la préfecture sur Twitter. Sur le même réseau social, des journalistes présents sur place ont publié plusieurs vidéos des scènes de violence.

Vendredi, la préfecture d’Ille-et-Vilaine avait pris un arrêté d’interdiction craignant qu’un «rassemblement festif à caractère musical de type teknival ou rave-party» puisse regrouper «plusieurs centaines de participants» dans le département. Cet arrêté est valable jusqu’à lundi 8h00.

L’objectif des autorités est toujours «l’évacuation de la zone» pour que cet «événement ne puisse plus avoir lieu», a déclaré le lieutenant-colonel Maddy Scheurer, qui a annoncé la «relève» de plusieurs unités de gendarmes mobiles pour «se déployer dans la durée». Le préfet Berthier a pour sa part déclaré que l’évacuation pourrait durer tout le weekend.

À voir aussi – Fête sauvage près de Rennes: «On s’est privé un an», se défendent des participants

Leave a Reply