La pression que les Etats-Unis ont décidé de mettre sur
Huawei pourrait encore monter d’un cran. Le Wall Street
Journal
vient de révéler que des procureurs fédéraux pourraient
prochainement inculper la firme chinoise pour vol de secrets commerciaux de ses
partenaires américains, notamment T-Mobile. Le dossier aurait été monté à
partir d’une plainte déposée en 2014 par T-Mobile contre Huawei, accusé d’avoir
photographié et tenté de dérober des parties d’un appareil d’essai robotisé
pour smartphones nommé Tappy. En 2017, Huawei a été condamné à verser 4,8
millions de dollars à T-Mobile.

Escalade de la tension 

D’après le Wall Street Journal, l’enquête en
cours serait suffisamment avancée pour qu’une mise en accusation soit prononcée
prochainement. Les Etats-Unis ont déjà pris des mesures de boycott à l’encontre
de Huawei pour interdire l’usage de ses équipements télécoms dans le déploiement
des réseaux 5G du pays et ont cherché à convaincre
les pays alliés de renoncer à utiliser les équipements Huawei pour des risques
de cybersécurité.

En décembre, Orange annonçait
qu’il ne comptait pas faire appel à l’équipementier chinois pour le déploiement
de son réseau 5G. Par ailleurs, Meng Wanzhou, la directrice financière de
Huawei, a été arrêté
par les autorités canadiennes le 1er décembre à la demande des États-Unis qui
l’accusent de commerce avec l’Iran et demandent son extradition. (Eureka Presse)

Advertisements

Let a comment