Huawei et ZTE dans la ligne de mire du gendarme américain

Voilà qui ne va pas arranger la situation des constructeurs chinois, au premier rang desquels Huawei et ZTE, sur le marché américain. Interrogé lors de la Conférence mondiale des radiocommunications, le président de la FCC Ajit Pai a sorti l’artillerie lourde pour faire table rase des deux constructeurs sur le marché américain.

Ce dernier a ainsi indiqué être favorable à l’adoption d’une loi destinée à empêcher tout entreprise faisant affaire avec une société représentant une menace pour la sécurité national de profiter de subventions publiques. Une menace qui vise explicitement les partenaires commerciaux de Huawei et consorts sur le marché américain, alors que la firme de Shenzhen, comme ZTE avant elle, est régulièrement pointée du doigt par Washington, qui la considère comme le “cheval de Troie” de Pékin dans ses réseaux nationaux.

Pour le patron du gendarme américain des télécoms, nommé à ce poste par l’administration Trump, “quand il s’agit de la 5G et de la sécurité des Etats-Unis, nous ne pouvons pas nous permettre de prendre un risque et d’espérer que tout se passera bien”.

Exploiter les vulnérabilités des réseaux

“Alors que les États-Unis modernisent leurs réseaux pour passer à la prochaine génération de technologies sans fil-5G, nous ne pouvons ignorer le risque que le gouvernement chinois cherche à exploiter les vulnérabilités des réseaux afin de se livrer à l’espionnage, d’insérer des logiciels malveillants et des virus et de compromettre autrement nos réseaux de communications essentiels” a affirmé ce dernier.

Il fonde son raisonnement sur une “loi chinoise qui exige que toutes les sociétés soumises à sa juridiction se conforment secrètement aux demandes des services de renseignement chinois”.

La manière forte

“Compte tenu des risques pour la sécurité nationale, nous croyons qu’il est temps que le gouvernement fédéral prenne des mesures plus concertées.  Cela signifie, entre autres, qu’il faut s’assurer que notre gouvernement n’aggrave pas le problème en dépensant l’argent du peuple américain pour acheter des produits et services de toute entreprise qui représente une menace pour la sécurité nationale de nos réseaux de communications”, avait déjà indiqué auparavant le président de l’Autorité, à l’offensive face au problème posé par la participation de Huawei au déploiement des futurs réseaux 5G outre-Atlantique.

Dans le détail, le gendarme américain proposera l’adoption d’un texte de loi en deux parties à compter du 19 novembre prochain. Celui-ci proposera tout d’abord un projet de rapport et d’ordonnance pour interdire aux entreprises américaines d’avoir recours au Fonds américain pour le service universel de 8,5 milliards de dollars pour acheter de l’équipement ou des services à toute entreprise qui représente une menace pour la sécurité nationale.

Mise en place d’une évaluation

“Le projet de rapport et d’ordonnance désignerait initialement deux sociétés chinoises – Huawei et ZTE Corporation – comme sociétés présentant un risque pour la sécurité nationale et établirait un processus pour désigner d’autres sociétés couvertes dans l’avenir”, a précisé la FCC qui ne s’embarrasse plus pour cibler explicitement les constructeurs chinois.

En outre, le président du gendarme américain s’est également déclaré favorable à la mise en place d’une évaluation pour estimer le niveau d’implication de Huawei et ZTE dans les réseaux américains et chiffrer les coûts nécessaires à leur remplacement, ainsi qu’à l’adoption d’un fonds d’aide aux opérateurs américains pour les aider à accélérer leur transition vers des “fournisseurs plus fiables”. De quoi douter encore davantage de l’implication future des deux constructeurs sur le marché américain.

Advertisements
Spread the love

Leave a Reply