Hollywood évite une grève historique

Spread the love

 

publicité

L’International Alliance of Theatrical Stage Employees (IATSE) a conclu un accord provisoire de trois ans avec l’Alliance of Motion Picture and Television Producers (AMPTP) pour les accords « Basic et Videotape », qui concernent 40 000 travailleurs du cinéma et de la télévision représentés par 13 syndicats locaux IATSE de la côte ouest-américaine. 

L’International Alliance of Theatrical Stage Employees, Moving Picture Technicians, Artists and Allied Crafts of the United States, Its Territories and Canada (IATSE) a été fondée en 1893 lorsque des représentants des machinistes travaillant dans onze villes se sont réunis à New York et se sont engagés à soutenir leurs efforts respectifs pour établir des salaires et des conditions de travail équitables pour leurs membres. Aujourd’hui l’IATSE représente plus de 150.000 travailleurs dans tous les métiers du divertissement, du théâtre à la télévision, en passant par le cinéma et les concerts. L’AMPTP est une association professionnelle qui représente les principaux employeurs et producteurs de télévision et de cinéma, dont Walt Disney Studios, Warner Bros, Paramount Pictures, Apple, Netflix et Amazon, entre autres.

Depuis plusieurs jours, tous les patrons de studios, mais aussi les streamers avaient les yeux rivés sur les négociations en cours avec l’IATSE. Si aucun accord n’intervenait avant demain, c’est toutes les productions hollywoodiennes qui se mettaient en pause. Pas étonnant que le Président international de l’IATSE, Matthew Loeb, déclare ce matin : 

« C’est une fin hollywoodienne. Nos membres ont tenu bon. Nous sommes solides et unis. » Et ajoute : « Nous avons affronté certaines des entreprises de divertissement et de technologie les plus riches et les plus puissantes du monde, et nous sommes maintenant parvenus à un accord avec l’AMPTP qui répond aux besoins de nos membres. »

L’accord de principe, qui doit encore être ratifié par les membres de l’IATSE, comprend les éléments suivants et fait suite aux protestations de nombreux travailleurs du cinéma et de la télévision qui déploraient le fait que la semaine de travail se prolongeait souvent jusqu’au week-end, les vendredis et les samedis devenant une longue journée de travail ou un “Fraturday”.  Les mesures sont au nombre de huit : 

Atteinte d’un salaire de subsistance pour les salariés les moins bien rémunérés

Amélioration des salaires et des conditions de travail pour le streaming

Augmentations salariales rétroactives de 3 % par an

Pénalités accrues pour les périodes de repas

Périodes de repos quotidiennes de 10 heures sans exclusions

Repos de fin de semaine de 54 heures

Le jour férié de l’anniversaire de Martin Luther King Jr. ajouté au calendrier

Adoption d’initiatives en matière de diversité, d’équité et d’inclusion  

L’appel à la grève avait reçu un soutien massif des membres du syndicat (90% de participation et 98,6% de votants pour la grève), mais aussi des acteurs, des réalisateurs et d’autres membres de la communauté du spectacle pour sa campagne en faveur d’un nouveau contrat. En outre, 120 membres du Congrès ont ajouté leur nom à une lettre, et les dirigeants des gouvernements des États de Californie, de New York et d’autres centres de production ont apporté leur contribution.

 

Après plus d’un an où les tournages ont été malmenés, décalés, parfois annulés en raison de la pandémie, la menace d’une grève faisait trembler tout Hollywood. Matthew Loeb de conclure « La solidarité est plus qu’un mot. C’est la façon de faire avancer les choses. »

Leave a Reply