Guerre en Ukraine, en direct : les jours à venir seront « la dernière chance » des civils pour évacuer l’est du pays, avertissent les autorités locales – Le Monde

Les pays européens refusent de payer le gaz russe en roubles. L’Allemagne, particulièrement dépendante du gaz russe, a déclaré, vendredi, avoir reçu le décret du Kremlin ordonnant de payer le gaz en roubles à partir de comptes en Russie et analyser « les effets concrets » de cette décision.

Comme l’expliquait notre journaliste Adrien Pécout vendredi, tel que conçu par le Kremlin, le dispositif semble permettre, en réalité, à chaque protagoniste de s’arranger avec sa propre interprétation de la situation. Le Kremlin prévoit en effet deux comptes distincts pour les sociétés importatrices. Un compte pour verser leur paiement dans leur monnaie d’origine ; un autre compte pour convertir tout cela en roubles, par l’intermédiaire de Gazprombank, l’institution bancaire de l’énergéticien russe Gazprom, qui a jusqu’à présent échappé aux sanctions européennes.

« Pour ceux qui reçoivent le gaz russe, qui paient les livraisons, il n’y a, dans les faits, aucun changement. Ils acquièrent juste des roubles pour le montant en devises qui est prévu dans le contrat », a assuré Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, jeudi dernier. Ce semblant de compromis peut donner lieu à des communications paradoxales, chacun tentant de sauver les apparences dans ce « bras de fer » diplomatique.

En revanche, à rebours des autres pays de l’Union européenne, la Hongrie s’est dite prête, hier, à payer le gaz russe en roubles si besoin. « Nous ne voyons pas de problème dans le paiement en roubles. Si c’est ce que les Russes veulent, nous paierons en roubles », a déclaré le premier ministre Viktor Orban, proche de Vladimir Poutine, lors d’une conférence de presse à Budapest.

Lire aussi : Guerre en Ukraine : sur le paiement du gaz en roubles, Russie et Union européenne défendent leur version

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *