Guerre en Ukraine, en direct : dix mille volontaires ont déjà demandé à être mobilisé affirme Moscou ; l’Allemagne prête à accueillir des déserteurs russes – Le Monde

  • L’Ukraine et la Russie ont procédé à un échange de prisonniers militaires, le plus important depuis le début de l’offensive, le 24 février. Deux cent quinze personnes ont été libérées au total côté ukrainien, parmi lesquelles 188 « héros » ayant défendu l’aciérie Azovstal à Marioupol (dont 108 membres du régiment Azov). La Russie, quant à elle, a récupéré 55 prisonniers, dont l’ex-député Viktor Medvedtchouk, un proche du président russe, Vladimir Poutine, accusé de haute trahison en Ukraine.
  • Vladimir Poutine a décrété mercredi une « mobilisation partielle », mesure jugée « urgente et nécessaire ». Trois cent mille réservistes sont concernés dans un premier temps, en priorité des citoyens ayant une expérience militaire, âgés de 65 ans pour les plus vieux. La police a procédé à l’arrestation de 1 332 personnes lors de manifestations qui ont suivi l’annonce de M. Poutine, selon OVD-Info, organisation spécialisée dans le décompte des arrestations.
  • Dans une adresse à la nation, M. Poutine s’est dit prêt à utiliser « tous les moyens » dans son arsenal face à l’Occident, qu’il a accusé de vouloir « détruire » la Russie. Il a accusé l’Occident, notamment l’OTAN, d’être à l’origine d’un « chantage nucléaire », renversant les accusations le visant. « Ce n’est pas du bluff », a-t-il assuré. « Il est impossible de gagner une guerre nucléaire et il ne faut pas la mener », a répliqué le président américain, Joe Biden, à la tribune de l’ONU.
  • Il faut « tenir notre ligne » face au « chantage » du président russe, a déclaré le président français, Emmanuel Macron, dans un entretien à BFM-TV diffusé jeudi 22 septembre.
  • Les ministres des affaires étrangères du G7 ont condamné « la dernière escalade » de Moscou dans le conflit en Ukraine, « y compris la mobilisation partielle de réservistes et la rhétorique nucléaire irresponsable », dans un communiqué publié dans la nuit de mercredi à jeudi.
  • S’exprimant, mercredi, par visioconférence lors de l’Assemblée générale annuelle des Nations unies, M. Zelensky a exigé un « juste châtiment » contre Moscou – un mot qu’il a prononcé quinze fois –, dénonçant avec force l’invasion de son pays par les troupes russes et appelant à la mise en place d’un tribunal spécial afin de juger Moscou « pour son crime d’agression contre notre Etat ». Il a également appelé l’ONU à retirer son droit de veto à la Russie.
  • Six personnes ont été tuées et six autres ont été blessées lors du bombardement d’un marché couvert à Donetsk, a annoncé le maire prorusse de la ville, Oleksi Koulemzine, jeudi sur Telegram.
  • Vitali Kim, le gouverneur de Mykolaïv, a détaillé sur Telegram les dégâts causés par des bombardements dans la région.

Retrouvez notre direct d’hier en cliquant sur ce lien.

Lire tous nos articles, analyses et reportages sur la guerre en Ukraine

Chronique. Alain Franchon : « Présenter le Sud global comme un bloc d’opposition anti-occidental est une caricature »

Récit. « Je préfère aller en taule plutôt qu’en Ukraine » : en Russie, le choc de la mobilisation militaire

Décryptages. Russie : la mobilisation « partielle », un pari militaire loin d’être gagné

Tchat. Emmanuel Grynszpan « La peur d’une réaction très négative de la société russe a jusqu’à présent convaincu Poutine de ne pas effectuer une mobilisation générale »

Factuel. L’annonce d’une mobilisation partielle en Russie, « nouveau signe du désarroi » de Vladimir Poutine, selon la communauté internationale

Synthèse. Entre la Russie et l’Occident, Emmanuel Macron s’en prend aux non-alignés

A l’ONU, Emmanuel Macron a fustigé les Etats qui se revendiquent du non-alignement pour rester neutres face à la guerre en Ukraine.

Vidéo. A l’ONU, Emmanuel Macron dénonce « un retour à l’âge des impérialismes et des colonies »

Tribune. Laura Petiot : « Le recours au lexique militaire permet de justifier le détournement de certains procédés et outils législatifs »

Témoignages. « Ces images des charniers d’Izioum, ces corps exhumés, cette main décomposée avec un bracelet jaune et bleu, ne me quittent plus »

Leave a Reply