Advertisements

Grève du 5 décembre: quels sont mes droits si je veux faire grève contre la réforme des retraites? – BFMTV.COM

Spread the love

Lancé dès le mois d’octobre par les syndicats de la RATP et de la SNCF, l’appel à une grève reconductible le 5 décembre a depuis été rejoint par de nombreux syndicats. En plus des transports, le mouvement contre la réforme des retraites s’annonce très suivi dans l’éducation nationale, la fonction publique, les hôpitaux, les transports… 

Rappelons que la grève constitue un droit fondamental, inscrit dans la Constitution de la Ve République, à l’exception de certaines professions comme les militaires qui n’ont pas le droit de l’exercer.

“Aucun salarié ne peut être sanctionné, licencié ou faire l’objet d’une mesure discriminatoire en raison de l’exercice normal du droit de grève”, indique l’article L1132-2 du Code du travail.

Par ailleurs, il n’est pas nécessaire d’être syndiqué ou représentant des salariés faire grève. La démarche à suivre dépend du secteur dans lequel vous travaillez.

Si vous êtes salarié du privé

>Il n’est pas nécessaire de déposer un préavis ni même de prévenir votre employeur de votre absence. “Dans la pratique, l’employeur demande au salarié les jours suivant la grève qu’elles étaient les raisons de son absence, et le salarié indique alors qu’il était en grève”, peut-on lire sur le site de la CGT. Mais vous pouvez tout à fait glisser un mot à votre manager pour éviter qu’il ne s’inquiète en voyant l’heure tourner jeudi.

>La seule obligation légale est que l’employeur soit informé des revendications qui motivent cet arrêt de travail. Etant donné qu’il s’agit d’une grève générale et nationale, il n’y a donc pas nécessité de lui envoyer personnellement vos revendications.

>La durée de la cessation du travail relève de votre seul choix. Vous avez tout à fait le droit de faire grève seulement une demi-journée pour aller manifester. Ce qui est interdit, c’est de cesser le travail partiellement, autrement dit de n’effectuer que quelques-unes des taches qui vous sont dévolues, ou encore de ralentir le rythme de production. En agissant ainsi, un salarié commet une faute et peut être sanctionné, voire même licencié pour faute lourde. 

>Vous pouvez aussi décider de faire la grève et de rester chez vous. Vous n’avez pas de preuve à fournir de votre engagement dans un quelconque mouvement de protestation. Mais si vous choisissez de faire grève sur votre lieu de travail, il est interdit d’empêcher vos collègues non-grévistes de travailler.

> L’employeur n’a pas le droit de sanctionner les grévistes. Mais en toute logique, il effectuera une retenue de salaire correspondant à la durée de l’absence. De plus, faire grève suspend le contrat de travail. Si pendant une manifestation vous faites une mauvaise chute, cela ne pourra pas être considéré comme un accident du travail.

Si vous exercez dans le secteur public

>Un préavis doit obligatoirement être déposé par une ou plusieurs organisations syndicales représentatives, au moins cinq jours francs avant le début de la grève. Ce préavis doit préciser les revendications, le lieu, la date et la durée envisagée de la grève. Durant ce délai de cinq jours, les directions et les organisations syndicales sont tenues de négocier. Cette obligation concerne aussi les salariés des entreprises en délégation de service public (tels que le ramassage des ordures, le traitement de l’eau..).

Dans le secteur de l’éducation, ceux qui travaillent en maternelle et en primaire ont une contrainte de plus: le préavis ne peut être déposé qu’à l’issue de négociations entre l’Etat et les organisations syndicales. 

>Attention, toutefois si vous exercer une profession soumise à des restrictions ou à un service minimum (enseignants du premier degré, agents hospitalier ou dans les transports en commun, personnel de crèche…), il est nécessaire de se déclarer gréviste au moins 48 heures à l’avance. Si le nombre de salariés non-grévistes est insuffisant pour assurer un service minimum, des personnels peuvent être assignés par la direction, par exemple pour assurer le suivi des soins dans un hôpital.

>Concernant la retenue sur salaire, elle sera de 1/30e de la rémunération mensuelle, même si la durée de la grève est inférieure à une journée, dans la fonction publique d’Etat. Dans la fonction publique territoriale et hospitalière, elle sera proportionnelle à la durée de la grève  (soit 1/60e de jour pour une demi-journée d’absence). 

Advertisements

Leave a Reply