Grève du 5 décembre. Les perturbations à prévoir, les règles de service minimum qui s’appliquent – Ouest-France

Spread the love

C’est un jeudi noir qui s’annonce ce 5 décembre 2019. La mobilisation contre la réforme des retraites devrait toucher de nombreux secteurs : écoles, hôpitaux, transports, énergie, policiers, avocats… Les perturbations devraient être nombreuses. Certaines règles en termes d’accueil et de service minimum s’appliquent cependant.

Quelle prise en charge pour les enfants ?

Au-delà de 25 %, c’est à la commune de gérer cet accueil, uniquement sur le temps scolaire (pas la restauration ni le temps périscolaire), avec son propre personnel ou en faisant appel à des personnels civils, « enseignants retraités, membres d’associations d’aide au devoir, etc., explique Agnès Lebrun, maire de Morlaix et porte-parole de l’Association des maires de France. La liste doit être transmise à l’autorité académique, afin de vérifier que ces personnes ne figurent pas dans le fichier des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes. »

Dans les faits, l’appel à la grève dans l’ensemble de la fonction publique et les transports va sérieusement compliquer la mise en place de ce service. Conséquences : beaucoup d’écoles seront fermées.

Dans les collèges et lycées, où la grève s’annonce également très suivie, un accueil devrait être assuré. Un mot en ce sens est alors adressé aux familles, pour prévenir que l’ensemble des enseignements ne pourront cependant pas être assurés ni la restauration.

« Mais si l’ensemble des enseignants et personnel de la vie scolaire ont déposé un préavis de grève, le proviseur peut décider de fermer totalement l’établissement s’il ne s’estime pas en mesure d’en assurer la sécurité », indique Pascale Le Flem, proviseur à la Cité scolaire de Redon et secrétaire académique du Syndicat national des personnels de direction de l’Éducation nationale.

Prendre son vélo ? Reporter son voyage ?

Ce sera plus sage. La grève dans les transports en commun, bus, métros, trams et trains s’annonce costaude. Et pourrait durer. Des syndicats, de la SNCF notamment, appellent à une grève reconductible.

Un service minimum ? La loi de 2007 ne le prévoit pas. Elle impose seulement à l’entreprise d’établir un « plan de transport adapté 24 heures avant le début de la grève », à partir des intentions de faire grève déposées 48 heures à l’avance. Et de le respecter le jour J. Aucune réquisition de personnel n’est prévue par la loi.

La situation se complique à la SNCF, car les cheminots peuvent changer d’avis jusqu’à 24 heures avant le mouvement. Trop court, souvent, pour reprogrammer des trains déjà annulés à partir des premières intentions de grève.

La SNCF a assuré qu’elle communiquerait, tous les jours à 17 h, un horaire complet des trains qui circuleront le lendemain. Attention : une exception en Ile-de-France : la SNCF doit assurer au moins un train sur trois. Si c’est impossible en raison du nombre de grévistes, SNCF Transilien doit dédommager les clients des lignes concernées.

De même, à la RATP, la direction anticipe un prolongement du mouvement, avec la même ampleur le 6 mais aussi les 7 et 8 décembre. Elle a une obligation contractuelle de 50 % de circulation aux heures de pointe (métro, RER A et B et réseau de surface). Ses prévisions seront publiées 24 heures à l’avance.

Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat, a déposé, lundi, une proposition de loi visant à instaurer un service minimum dans les transports, pour qu’un tiers du trafic quotidien aux heures de pointe soit assuré. Mais elle a peu de chance d’aboutir. « Nous n’allons pas inventer des règles pour le 5 décembre », a répondu Muriel Pénicaud, ministre du Travail, qui ne trouve « pas très sérieux » le souhait du sénateur.

Faudra-t-il éviter les urgences ?

Alors qu’une grève est prévue le 17 décembre dans les hôpitaux, et dans un contexte de mobilisation qui dure depuis huit mois, trois syndicats (CGT, FO, SUD) et le collectif Inter-Urgences ont malgré tout relayé l’appel à la grève interprofessionnelle. Un service minimum est mis en place dans les hôpitaux (souvent l’équivalent des effectifs d’un dimanche ou jour férié).

Les personnels peuvent être réquisitionnés pour assurer la permanence des soins, ce qui ne les empêche pas de se déclarer grévistes malgré tout. Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, a assuré que les services sanitaires s’étaient « préparés » à la grève, afin de garantir la prise en charge des malades et des personnes âgées.

Mettre trois pulls ?

Non, ce ne sera pas nécessaire. Ce n’est pas parce que les quatre syndicats représentatifs de l’énergie font grève qu’il faut craindre des coupures de courant dans les appartements et les maisons.

Pas exclues, en revanche, des baisses de production d’électricité, des coupures dans les bâtiments publics d’État d’opérateurs privés, et « d’entreprises qui licencient ». C’est un appel de la CGT.

Repousser un dépôt de plainte ?

Il faut, au moins, éviter 10 h-15 h, car dans ce laps de temps, les syndicats Alliance ont lancé un appel pour des actions : fermeture symbolique de commissariats, refus de rédiger des PV, etc.

Les avocats se mobilisent aussi. Le Conseil national des barreaux a voté une journée « justice morte » pour défendre le « régime autonome » des avocats. Mobilisation, aussi, et du syndicat des avocats de France et du syndicat de la magistrature.

Partager cet article Dans le XVe arrondissement de Paris, de nombreuses écoles seront fermées.

Grève du 5 décembre. Les perturbations à prévoir, les règles de service minimum qui s’appliquentOuest-France.fr

Leave a Reply