Grève contre la réforme des retraites. SNCF, RATP, écoles… à quoi faut-il s’attendre ce mardi ? – Ouest-France

Spread the love

La colère ne faiblit pas contre la réforme des retraites. Une troisième journée de mobilisation est prévue ce mardi 17 décembre à l’appel des principaux syndicats. L’ensemble des organisations syndicales de salariés, dans leur diversité, appellent à la mobilisation le mardi 17 décembre, a indiqué la CGT dans un communiqué.

Vendredi, la CFDT, la CFTC et l’Unsa ont appelé à rejoindre le mouvement lancé au début du mois par la CGT, FO, FSU, Solidaires et plusieurs organisations de jeunesse.

Des cortèges à Paris, mais aussi à Nantes, Rennes, Quimper, Fougères, Cherbourg…

À Paris, le cortège s’élancera, à 14 h de la place de la République vers la place de la Nation.

Dans l’Ouest, plusieurs rassemblements sont organisés, notamment en Loire-Atlantique : à Nantes à 10 h, au Miroir d’eau ; à Saint-Nazaire à 10 h, au croisement du boulevard de la Libération et de l’avenue de la République ; à Ancenis à 11 h, au rond-point de Terrena et à Châteaubriant à 11 h, devant la mairie.

À Rennes, plusieurs manifestations auront lieu dans le centre-ville. La préfecture a, par ailleurs, pris un arrêté interdisant de manifester, de 9 h à 23 h, à l’intérieur d’un périmètre défini.

Toujours en Ille-et-Vilaine, à Saint-Malo, une manifestation est organisée, à 10 h 30, esplanade Saint-Vincent. À Fougères, l’intersyndicale CGT, FSU et FO donne rendez-vous à 17 h 30 place Aristide-Briand, contre la réforme des retraites.

On battra aussi le pavé à 11 h place de la Résistance à Quimper et place de la Liberté à Brest, à l’appel de plusieurs organisations et syndicats dont le Nouveau parti anticapitaliste et l’UDSEA – Confédération paysanne.

Dans le Maine-et-Loire, quatre nouvelles manifestations contre la réforme des retraites sont prévues à Angers, Saumur, Cholet et Segré.

Dans le Nord Cotentin, des actions sont prévues dès 4 h ce mardi dans l’agglomération de Cherbourg.

Des transports encore très perturbés

Ce mardi marque le 13e jour de grève dans les transports. La situation ne s’améliore pas sur les rails. La SNCF annonce un trafic très perturbé avec un TGV sur 4 et un Transilien sur 5.

Il y aura trois liaisons TER sur dix, essentiellement assurées par autocars. Seulement 5 % des trains Intercités circuleront. Le trafic international sera perturbé.

Dimanche, la SNCF a appelé ses usagers franciliens à éviter particulièrement les trains de banlieue mardi 17 décembre, l’affluence attendue pouvant rendre les gares dangereuses.

Le trafic RATP sera de nouveau très perturbé mardi, a annoncé lundi la régie, en précisant que huit lignes de métro seraient fermées au 13e jour de la grève illimitée contre la réforme des retraites.

Les lignes de métro automatiques 1 et 14 fonctionneront normalement, en cette 3e journée nationale interprofessionnelle de protestation contre ce projet gouvernemental. Le trafic sur les lignes de métro 4, 7, 8 et 9 sera assuré partiellement aux heures de pointe, tandis que la ligne 11 sera ouverte en partie pour la pointe du matin et la ligne 3 partiellement pour la pointe du soir. Les RER A et B circuleront uniquement aux heures de pointe. Côté bus et tramways, le trafic sera perturbé.

Dans les airs, les compagnies aériennes sont appelées à réduire de 20 % leurs vols au départ et à l’arrivée de l’aéroport d’Orly, annonce la Direction générale de l’Aviation civile (DGAC), qui garantit la sécurité et la sûreté du transport aérien.

À Nantes, la Tan met en place un dispositif pour les transports en commun. De nombreuses lignes seront coupées de 10 h à 18 h. À Brest, le réseau Bibus sera perturbé ce mardi.

Des bouchons à prévoir, notamment en Ile-de-France

Côté bouchons, la circulation risque d’être encore très difficile en région parisienne notamment. Les Décodeurs du Monde ont présenté les kilomètres d’embouteillages depuis le début du mouvement contre la réforme des retraites. Les chiffres sont particulièrement impressionnants.

Les kilomètres de bouchons depuis le début des grèves contre la réforme des retraites. | LES DÉCODEURS DU MONDE

De nouvelles perturbations à la raffinerie de Donges et au dépôt de Vern-sur-Seiche

Du mardi 17 au jeudi 19 décembre, dans le cadre du mouvement contre la réforme des retraites, « aucune goutte de carburant ne sortira » de la raffinerie de Donges en Loire-Atlantique, mais aussi du dépôt de Vern-sur-Seiche, près de Rennes, indique la CGT.

Lundi, tôt, des manifestants ont essayé de bloquer le dépôt pétrolier de la Société Française Donges-Metz, mais les forces de l’ordre étaient présentes à leur arrivée.

Des enseignants encore très mobilisés

Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale, a confirmé, dimanche, que l’effort global pour revaloriser les rémunérations des enseignants serait de l’ordre de 10 milliards d’euros. Malgré cette annonce, l’intersyndicale appelle à la grève.

La fédération SUD Éducation, avec l’intersyndicale de l’éducation nationale, appelle l’ensemble des personnels à la grève dès demain. Nos remontées montrent que la grève sera majoritaire, et pour cause : les personnels de l’éducation n’ont pas été dupes des annonces Blanquer-Philippe concernant la prétendue revalorisation des enseignant-e-s. Ce que l’ensemble des personnels réclame : c’est le retrait pur et simple du projet Macron-Delevoye a détaillé Sud Éducation dans un communiqué daté de ce lundi.

Certaines villes mettent en place un service minimum, comme à Caen ou encore à La Roche-sur-Yon.

Selon le SNUipp-FSU, la moitié des enseignants du primaire seront en grève ce mardi.

Des personnels hospitaliers en colère

Les personnels hospitaliers, médecins et soignants manifestent aussi ce mardi, à l’appel des collectifs Inter-Hôpitaux et Inter-Urgences rejoints par des organisations de praticiens et les syndicats CGT, FO, CFDT, CFTC, CFE-CGC, SUD, Unsa.

Ils réclament plus de moyens et d’effectifs, alors que l’hôpital public traverse une crise depuis neuf mois. Ce dimanche, quelque 660 médecins hospitaliers menacent de démissionner si le gouvernement n’ouvre pas de réelles négociations pour desserrer la contrainte imposée à l’hôpital public, dans une tribune publiée dans le Journal du dimanche.

Des routiers qui n’ont pas terminé leur action

Les représentants du secteur des transports et de la logistique, en grève lundi 16 décembre, ont fait part de leur profonde déception lundi à l’issue de plus de deux heures de réunion avec les fédérations d’employeurs au siège de la FNTR à Paris.

Les revendications portent sur un 13e mois, une revalorisation des salaires, un permis professionnel et le maintien du Congé de fin d’activité (CFA) qui permet aux routiers de partir à 57 ans et est remis en cause par la réforme des retraites.

On n’a rien obtenu du tout, on se fout de nous, a déclaré Charles Morit de l’UFR-CFDT. On va laisser passer les fêtes et reprendre une action après janvier, a-t-il poursuivi.

Partager cet article La manifestation du 10 décembre 2019, à Paris. Deuxième jour de grève nationale (photo d’illustration).

Grève contre la réforme des retraites. SNCF, RATP, écoles… à quoi faut-il s’attendre ce mardi ?Ouest-France.fr

Leave a Reply